Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Tsai Ming Liang (France-Chine)

"Visage" Sortie en salles le 4 novembre

Un réalisateur chinois vient réaliser à Paris une adaptation de "Salomé" d’Oscar Wilde, mais au cours du tournage, sa mère meurt et son deuil le rend inopérant. La productrice est déstabilisée et les acteurs cherchent à garder le fil du travail déjà engagé. L’acteur fétiche de Tsai Ming Liang est à la fois ce réalisateur et l’acteur qui interprète Jokanaan martyrisé. Jean-Pierre Léaud est Hérode et c’est Laetitia Casta qui interprète le rôle-titre.
"Visage" est avant tout un hommage à la nouvelle vague française, et plus particulièrement à François Truffaut. Les présences de Jean-Pierre Léaud -qui se nomme ici Antoine-, de Fanny Ardant, de Nathalie Baye et de Jeanne Moreau sont là pour en témoigner ainsi que la construction du film, une image et un décor qui le font sans cesse osciller entre réel-vraisemblable et irréel. Et lui donnent une vision très personnelle de l’esthétique cinématographique.
Priorité est donnée aux acteurs et à leurs visages. Pour Tsai Ming Liang, qui avait fait appel à lui dans un de ses précédents films "Et là-bas quelle heure est-il ?", Jean-Pierre Léaud est l’acteur majeur depuis des décennies, celui dont le visage contient tout le sens du cinéma. C’est vrai que ce visage est à la fois pathétique, grave et si malicieux.
Laetitia Casta à été choisie pour interpréter Salomé non pas pour ses talents d’actrice même si ils sont indéniables, mais parce qu’elle est mannequin et c’est en mannequin qu’il la filme. Autour d’elle se sont mobilisés Philippe Découflé pour la chorégraphie et Christian Lacroix pour des robes somptueuses.
Fanny Ardant promène sa silhouette élégante dans des décors vitrés.
Le propos de Tsai Ming Liang est à découvrir dans une suite de séquences heurtées, souvent lentes, toujours magnifiquement filmées. Ce moment d’interruption du tournage est l’occasion d’un hommage au mythe de Salomé et au portrait du Saint Jean Baptiste de Léonard de Vinci. Il nous conduit dans des régions inconnues du Musée du Louvre, des couloirs de services, des souterrains, des jardins et des bassins.
Le film commence par l’étonnante séquence d’une inondation alimentée par une gigantesque fuite qui petit à petit gagne la totalité de l’appartement jusqu’au lit de la femme moribonde. Il se termine par un long plan fixe, au centre duquel un bassin rond et deux hommes qui apprivoisent le renne, figurant récurent du récit.
"Visage" est un film produit en partie par le musée du Louvre. Le fait que ce soit une commande n’a pas assagi Tsai Ming-Liang. Il a gardé toute cette liberté créative qui a toujours marqué son cinéma.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le déserteur »
    Quelque part dans le monde où la guerre fait rage. Philippe, un homme fasciné par le personnage et l’univers des films de Charlie Chaplin a fui Montréal pour un Ouest américain aussi sauvage... Lire la suite (22 août)
  • « Haut perchés »
    Une femme et quatre hommes qui se connaissent à peine se retrouvent dans un appartement au dernier étage d’un immeuble qui surplombe Paris. Ils ont en commun d’avoir tous été victimes d’un même... Lire la suite (20 août)
  • « Reza »
    Reza et Fati ont pris la décision de divorcer. La vie commune a fini par lasser Fati et Reza s’est résigné au choix de son épouse tout en caressant l’idée qu’elle reviendrait un jour ou l’autre sur une... Lire la suite (20 août)
  • « Roubaix, une lumière »
    A Roubaix, une nuit de noël. Pour le commissaire Daoud qui sillonne la ville où il a grandi, c’est la routine, voitures brûlées, altercations... Dans son service, vient d’arriver Louis Coterelle,... Lire la suite (19 août)
  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)