Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Vincent Boujon (France)

"Vivant !" Sortie en salles le 1er avril 2015.

Pourquoi Vincent Boujon a-t-il choisi de réunir un groupe de cinq jeunes hommes homosexuels, tous séropositifs et tous, depuis des années sous traitement d’une trithérapie, pour tenter l’expérience d’un premier saut en parachute ?

Lui-même homosexuel, il a trouvé, quand il en a fait l’expérience dans le moment où le parachutiste s’élance pour le saut dans le vide, une émotion très proche de celle que ressent un homme dans l’instant qui précède le verdict du médecin au moment où celui-ci va lui livrer le résultat des tests sanguins.

Même vertige, même appréhension pour ces deux "sauts dans le vide" comparables.

Les personnes qui vivent avec le VIH ont besoin de retomber sur leurs pieds comme le parachutiste après avoir, dans un cas comme dans l’autre, effleuré la mort.

Cinéma : Vivant !

Le film de Vincent Boujon a quelque chose à voir avec un film d’aventures.

Chacun de ces hommes qui constituent le groupe a connu un parcours fait de franchissements d’étapes : prendre soin de soi, se résigner à plonger dans un domaine inconnu, apprendre à s’en sortir avec de nouveaux paramètres jusqu’à pouvoir gérer sa propre sécurité et continuer à avancer.

Mais si " Viva nt ! " (comme un cri de triomphe après l’épreuve dangereuse) suit chacun des protagonistes au cours des quelques jours de préparation avant le saut en parachute, il devient l’occasion à la faveur d’un projet commun, de la même confrontation à la maladie, d’échanges qui deviennent de plus en plus confiants et familiers.

Différents sujets seront abordés en marge de la préparation au saut dans le vide. La maladie d’abord, la façon dont chacun a vécu l’épreuve au moment d’apprendre qu’il était malade. L’amour, la relation amoureuse, la façon de continuer à vivre normalement ces choses-là avec la maladie stoppée dans son pouvoir destructeur.

Durant les sept jours de tournage, les cinq protagonistes du film ont bivouaqué sur le terrain d’aviation, ils ont partagé chaque moment, se sont fait part de leurs appréhensions, de leurs peurs passées, se sont transmis les uns aux autres du courage, des conseils.

Des conversations confidentielles ont occupé leurs soirées et ils sont ressortis de l’expérience de la maladie et du saut en parachute, doublement vivants.

Vincent Goujon a réalisé un film touchant, généreux, profondément humain, sur une communauté éphémère, sur les liens réels qui peuvent se tisser entre des individus d’origines différentes aux personnalités contrastées.

C’est un film dont on sort ragaillardis. Un film qui apporte une touche d’optimisme à propos de l’espèce humaine, à une époque où on en a grand besoin !

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La camarista »
    Evelina est femme de chambre dans un luxueux hôtel de Mexico. Malgré son maigre salaire, elle a dû trouver une personne pour garder sa petite fille pendant ses heures de travail. Dans la perspective... Lire la suite (15 avril)
  • « El Reino »
    Manuel Lopez-Vidal est un homme politique en pleine ascension. Il était jusque là surtout influent dans sa région mais il s’apprête à prendre la direction nationale de son parti. C’est à ce stade de... Lire la suite (15 avril)
  • « L’époque »
    Du Paris de l’après-Charlie jusqu’aux élections présidentielles de 2017, un arrêt sur image au plus près d’une jeunesse poussée au dilettantisme qui se reconnaît dans ses errances de nuit et qui, guidée... Lire la suite (14 avril)
  • « Seule à mon mariage »
    Pamela, jeune Rom vive, spontanée, parfois insolente, vit très pauvrement avec son aïeule et sa petite fille, dans un petit village de Roumanie. Se démarquant des autres filles de sa communauté, elle... Lire la suite (14 avril)
  • « Menocchio »
    En Italie à la fin du XVIème siècle, Menocchio, meunier autodidacte d’un petit village perdu des montagnes du Frioul, est accusé d’hérésie pour avancer des idées personnelles sur la pauvreté, l’amour, la... Lire la suite (14 avril)