Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Joao Pedro Placido (Portugal)

"Volta à terra" Sortie en salles le 30 mars 2016

Uz, un hameau montagnard du nord du Portugal s’est vidé de ses habitants. Ils ne sont plus que quelques dizaines à vivre difficilement de l’élevage et de l’agriculture qu’ils pratiquent de façon rudimentaire.

Les plus jeunes ont émigré sauf Daniel qui, à vingt ans s’apprête à prendre la tête des exploitations restantes avec un étonnant mélange de totale implication et de candeur.

Le récit se déroule sur le cycle des quatre saisons au fil des différents travaux de la terre qui reviennent à chacune d’entre elles avec, en point d’orgue du film, les fêtes du mois d’août qui sont une tradition portugaise très forte.

Joao Pedro Placido connaît bien le village d’Uz où vivaient ses grands-parents et où sa mère est née. Sa famille partie vivre à Lisbonne, il y est revenu régulièrement en vacances et il a de ce fait grandi entre la ruralité extrême du Nord et le centre-ville de la capitale.

Très jeune, il a eu un regard critique, social et politique, mais il n’a pas voulu pour autant, faire un manifeste politique en réalisant " Volta à terra ".

Il s’est, au contraire, appliqué à filmer le lien viscéral que les habitants d’Uz entretiennent avec la nature et les animaux, cette symbiose qui semble être le bon équilibre à atteindre entre l’homme et son environnement.

Le petit monde des habitants d’Uz semble vivre en marge de la société et ne semble jamais avoir conscience de l’existence de la politique.

Et c’est peut-être parce que les différents gouvernements n’ont jamais pensé à ces gens-là, qu’ils sont des citoyens oubliés que, bien que vivant pauvrement, il ne semble pas y avoir de crise économique dans la communauté paysanne d’Uz.

Cinema : volta à terra

"Volta à terra " ne serait pas ce qu’il est sans le personnage de Daniel qui apparaît comme une étrange figure au milieu du village.

Sa silhouette, sa gestuelle, son regard parfois effaré dégagent une dimension presque burlesque au milieu de la galerie des personnages récurrents du film.

Daniel est-il niais ou au contraire, malin et intelligent ? Il semble en tous cas heureux, conscient de ce qu’il a, de ce qu’il pourrait avoir et qu’il n’aura jamais.

Il est un homme sous certains angles et sous d’autres, il apparaît comme un enfant. Pourtant, tout le destine à devenir bientôt celui sur qui reposera la bonne marche de la communauté d’Uz.

Daniel Xavier Perreira est peut-être avant tout un comédien né, quelqu’un qui accroche la lumière et dont le visage parfois disgracieux s’anime d’une puissance, d’une gravité qui le conduisent à une surprenante beauté..

Le tournage du film a duré soixante-dix-neuf jours sur treize mois. Il fallait un long tournage pour réaliser le portrait du travail d’un agriculteur en harmonie avec les effets des saisons sur la nature.

"Volta à terra " assortit les différentes étapes de la vie du village aux exigences de la terre et du cheptel et le calendrier du tournage s’est calé sur des événements notoires comme le bal, la récolte des pommes de terre ou celle des moissons.

Les saisons rythment la relation des habitants d’Uz à la terre et font apparaître une vraie sagesse dans leur choix de vie. Il n’y a jamais la moindre trace de résignation dans leur comportement ou dans leurs propos.

Sont-ils conscient que le fait de vivre quasiment en autarcie leur permet une précieuse indépendance vis-à-vis sur reste du pays et du reste du monde ?

"Volta à terra " est un très beau film témoin de la résistance consciente ou inconsciente d’une poignée d’homme et de femmes, dernier représentants d’une façon de vivre à contre-courant.

Rude et généreux.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)