Actualité théâtrale

Jusqu’au 1er juillet au Théâtre de Poche Montparnasse

« Voltaire Rousseau » Réduc’Snes

1765, Voltaire est à Ferney, tout près de Genève, lieu qu’il a choisi car il peut ainsi aisément passer de France en Suisse au gré de sa situation. Rousseau, chassé de Suisse, lui rend visite dans le but de savoir s’il est ainsi qu’il le soupçonne, l’auteur de « l’ignoble pamphlet » l’accusant d’avoir, lui Rousseau l’auteur de L’Émile, un traité sur l’éducation, abandonné ses cinq enfants à l’Hôpital Public.
Sous le prétexte d’une enquête pour trouver qui est l’auteur de ce pamphlet, c’est en fait une joute philosophique qui se développe entre ces deux hommes que tout sépare, tant leur personnalité que leurs convictions. Voltaire est chaleureux, vit dans une certaine opulence, aime la vie, le théâtre, les comédiennes. Rousseau, toujours à court d’argent, frustré, misanthrope, se fâche avec tous ses amis et vitupère contre la société, la littérature et le théâtre qui ne font que corrompre l’homme. Ces deux-là ne s’aiment guère et si Rousseau dit qu’il admire en Voltaire le talent d’écriture, Voltaire ne pardonne guère à Rousseau, qui avait écrit certains articles pour l’Encyclopédie de n’avoir pas levé le petit doigt quand d’Alembert a été attaqué.

Théâtre : Voltaire Rousseau

Jean-François Prévand a imaginé cette brillante scène de ménage où Rousseau, souvent pathétique, tremble d’indignation tandis que Voltaire use d’une feinte politesse pour lui décocher avec un humour féroce des piques assassines.

Pour porter ce texte il a fait appel à deux acteurs qui se lancent à fond dans cette formidable bataille. Créée en 1991 la pièce a été beaucoup jouée, et pas seulement en France. Jean-Luc Moreau et Jean-Paul Farré, en accord avec l’auteur, ont choisi de la reprendre car les enjeux qui hantent la pièce - la place de l’individu, celle des femmes, Dieu, le théâtre - sont toujours d’actualité et parce que l’âge venant, ils se sentent encore plus proches des philosophes qu’ils incarnent. Le Rousseau de Jean-Luc Moreau (ou Jean-Jacques Moreau) est plein de frustrations, de ressentiment, d’indignations véhémentes contre tout ce qu’il rejette, des femmes qui sortent de leur place au foyer aux comédiennes. Jean-Paul Farré est merveilleux d’exaspération contenue contre ce Rousseau qui se pose sans cesse en victime et de finesse dans les sarcasmes qu’il glisse à son encontre.

C’est un régal de les regarder et de les écouter.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h

Théâtre de Poche Montparnasse

75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 50 60 67

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)