Actualité théâtrale

Jusqu’au 1er juillet au Théâtre de Poche Montparnasse

« Voltaire Rousseau » Réduc’Snes

1765, Voltaire est à Ferney, tout près de Genève, lieu qu’il a choisi car il peut ainsi aisément passer de France en Suisse au gré de sa situation. Rousseau, chassé de Suisse, lui rend visite dans le but de savoir s’il est ainsi qu’il le soupçonne, l’auteur de « l’ignoble pamphlet » l’accusant d’avoir, lui Rousseau l’auteur de L’Émile, un traité sur l’éducation, abandonné ses cinq enfants à l’Hôpital Public.
Sous le prétexte d’une enquête pour trouver qui est l’auteur de ce pamphlet, c’est en fait une joute philosophique qui se développe entre ces deux hommes que tout sépare, tant leur personnalité que leurs convictions. Voltaire est chaleureux, vit dans une certaine opulence, aime la vie, le théâtre, les comédiennes. Rousseau, toujours à court d’argent, frustré, misanthrope, se fâche avec tous ses amis et vitupère contre la société, la littérature et le théâtre qui ne font que corrompre l’homme. Ces deux-là ne s’aiment guère et si Rousseau dit qu’il admire en Voltaire le talent d’écriture, Voltaire ne pardonne guère à Rousseau, qui avait écrit certains articles pour l’Encyclopédie de n’avoir pas levé le petit doigt quand d’Alembert a été attaqué.

Théâtre : Voltaire Rousseau

Jean-François Prévand a imaginé cette brillante scène de ménage où Rousseau, souvent pathétique, tremble d’indignation tandis que Voltaire use d’une feinte politesse pour lui décocher avec un humour féroce des piques assassines.

Pour porter ce texte il a fait appel à deux acteurs qui se lancent à fond dans cette formidable bataille. Créée en 1991 la pièce a été beaucoup jouée, et pas seulement en France. Jean-Luc Moreau et Jean-Paul Farré, en accord avec l’auteur, ont choisi de la reprendre car les enjeux qui hantent la pièce - la place de l’individu, celle des femmes, Dieu, le théâtre - sont toujours d’actualité et parce que l’âge venant, ils se sentent encore plus proches des philosophes qu’ils incarnent. Le Rousseau de Jean-Luc Moreau (ou Jean-Jacques Moreau) est plein de frustrations, de ressentiment, d’indignations véhémentes contre tout ce qu’il rejette, des femmes qui sortent de leur place au foyer aux comédiennes. Jean-Paul Farré est merveilleux d’exaspération contenue contre ce Rousseau qui se pose sans cesse en victime et de finesse dans les sarcasmes qu’il glisse à son encontre.

C’est un régal de les regarder et de les écouter.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h

Théâtre de Poche Montparnasse

75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 50 60 67

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • "Nathan Le Sage" de Lessing
    Jérusalem, 1187. Le nouveau maître de la ville, le sultan Saladin, en ce temps de Croisades appelle au respect de la foi musulmans, juifs et chrétiens. Les Templiers qui tuent en invoquant Dieu... Lire la suite (Avril 2008)
  • "Sept secondes/ In god we trust" de Falk Richter
    Un pilote de l’armée américaine est suivi dans son quotidien, lequel consiste pour l’essentiel à larguer des bombes sur l’Irak. Il agit avec la concentration et l’application d’un enfant devant ses... Lire la suite (Mars 2008)
  • "Anagrammes pour Faust"
    Certains objets de notre quotidien aspirent comme certains humains à la vie éternelle. C’est le postulat de départ de la pièce. Ce souhait d’éternité nous renvoie à Faust qui, pour ce pouvoir, vendit son... Lire la suite (Mars 2008)
  • "Mère Courage et ses enfants"
    Brecht écrit Mère Courage en 1938, en pleine montée du nazisme. Alors que la menace de guerre plane sur l’Europe, il est contraint de s’exiler... Brecht choisit de situer l’action de Mère Courage... Lire la suite (Mars 2008)
  • Trois textes de Marie Ndiaye sur scène : "Rien d’humain", "Les Serpents", "Hilda"
    Trois metteurs en scène très différents pour servir trois textes de Marie Ndiaye qui traitent de sujets proches, l’autorité, la possession, le vampirisme. La langue de cet auteure singulière va sans... Lire la suite (Mars 2008)