Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Lisa Aschan (Suède)

"Voltiges" Sortie en salles le 3 août

Emma, une adolescente secrètement farouche et Sara, sa petite soeur de sept ans, sont élevées par un père célibataire, attentif et aimant.
Au moment où Emma s’inscrit à un concours de voltige équestre, elle fait la connaissance de Cassandra, une cavalière particulièrement douée. Une amitié teintée de rivalité lie les deux filles et les engage dans un duel aussi sournois qu’ouvert.

Pendant que Cassandra dicte ses lois, Emma gagne en assurance. Un jeu de pouvoir s’immisce dans leur relation pour finir par atteindre un point critique dont Emma sortira victorieuse.
Mais dans un combat quel qu’il soit, y a-t-il vraiment une victime et un gagnant ?
Alors que les deux adolescentes s’affrontent, Sara, gamine précoce, vit sa propre histoire. Elle tente d’attirer l’attention du baby-Sitter Sébastien dont elle est ouvertement amoureuse...
"Voltiges" porte un regard sans concession ni précaution sur les dessous de l’adolescence, sur les rivalités sourdes qui peuvent traverser les esprits juvéniles et aident à la construction des personnalités. La cruauté est à son paroxysme même si elle emprunte les méandres des attirances réciproques, de la tendresse à fleur de peau et des stratégies d’amitié.
Et c’est ce grondement souterrain, les ramifications d’une hostilité qui évite les affrontements directs qui fait toute l’originalité d’un récit qui erre hors des sentiers battus et évite tous les stéréotypes inhérents au sujet.
L’étrangeté du personnage de Sara, amoureuse précoce mais déterminée à gagner le cœur de Sébastien est à la fois une note discordante et le moyen de contrebalancer un équilibre narratif un peu aride.
Chacune des protagonistes de l’histoire sait confusément que la cruauté est un élément du jeu engagé et qu’elle modérera autant la victoire d’Emma que la défaite de Cassandra.
Lisa Ascham semble avoir une prédilection pour les personnages mauvais et immoraux mais elle les engage de telle sorte, dans la fluidité de son récit, dans son sens de la retenue, que le combat qui les oppose ne se départit jamais de l’attirance qu’ils ont les uns pour les autres.
La construction du récit, la marginalité des personnages et des sentiments qui les animent, le dépassement de certaines limites dans les contacts et dans les propos, une grande économie narrative font de "Voltiges" une oeuvre très singulière, parfois déroutante, mais d’un bout à l’autre attachante.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)