Actualité théâtrale

Jusqu’au 3 février au Théâtre du Lucernaire

« Voyage au bout de la nuit »

Nul ne peut oublier ce voyage où Ferdinand Bardamu, sorte d’alter ego de Céline, raconte son expérience de la Première Guerre Mondiale, de l’Afrique et du colonialisme, des États-Unis de l’entre deux-guerres et de l’exercice de la médecine dans une banlieue française qui crève de misère. Partout, dans un style qui surprit à l’époque, alliant langage parlé, argot et structures grammaticales raffinées, Céline pointe avec une ironie mordante et désespérée l’absurdité du monde, la pourriture et la décomposition liées à la guerre et à la misère et la lâcheté des hommes.

Théâtre : Voyage au bout de la nuit

Franck Desmedt, Molière du second rôle dans Adieu Monsieur Haffmann en 2018, s’est attaché au texte de Céline. Les morceaux choisis s’enchaînent avec fluidité, un bref passage au noir marquant délicatement les changements de lieux. On suit Ferdinand dans les horreurs et l’absurdité de la guerre où il fait un portrait terrible de ces Généraux peu enclins à sacrifier leur rêves de gloire pour la vie de leurs hommes. On le retrouve dans l’Afrique coloniale, refuge des médiocres qui consolent leurs déceptions et leur amertume dans le mépris « des indigènes », une Afrique loin des images d’Épinal où tout est insupportable, la chaleur le jour, le bruit, la nuit. On le suit aux États-Unis où à l’arrivée à New-York succède l’embauche dans les usines Ford à Détroit où on lui rappelle vertement qu’il n’est pas là pour penser mais pour faire des gestes et que « c’est de chimpanzés que l’on a besoin ». Le retour en France est tout aussi sombre avec la misère qui colle à la peau de cette banlieue sinistre et la mort de l’enfant qu’il ne parviendra pas à sauver.

Pas de décor, seulement une chaise et pour le voyage en Afrique un broc qu’il se verse sur la tête pour échapper à la touffeur africaine et une lessiveuse figurant la pirogue exiguë qu’il empruntera pour prendre son poste ; pour les États-Unis un fond de jazz et l’enseigne lumineuse d’un motel. Cela suffit car c’est la parole qui est en majesté. C’est sur le visage de Franck Desmedt que s’inscrivent les sentiments. La voix devient conversation ou narration. Dans le noir de plus en plus profond au fur et à mesure que l’on s’enfonce dans l’âme de Bardamu, surgit une petite lueur tandis que le texte déploie des fulgurances qui nous clouent le cœur.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 18h30, le dimanche à 15h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)