Actualité théâtrale

Théâtre du Rond-Point jusqu’au 8 octobre Salle Jean Tardieu à 18h30.

« We love arabs » Texte et chorégraphie Hillel Kogan

Hillel Kogan est un artiste engagé. Il est à la fois danseur, chorégraphe, interprète, acteur, concepteur et dramaturge mais cette accumulation de titres qui lui ont valu de nombreuses récompenses notamment en Israël, l’ont laissé modeste dans la forme de ses spectacles.

Le plateau de la salle Jean Tardieu est totalement vide. Un danseur-chorégraphe exécute quelques mouvements dansés puis s’interrompt. Des questions le taraudent sur son art : quand il danse, est-ce son corps qui, pour évoluer, fend l’espace ou bien est-ce l’espace qui l’accueille ?

Comment se fait-il qu’à certains moments, après que son corps s’est glissé dans l’espace, il ressente une hostilité, une sorte de frein à la fluidité de ses mouvements ?

Danseur israélien de gauche, trouvera-t-il dans l’exécution du spectacle qu’il prépare, la place qui reviendrait à un danseur arabe ?

On pourrait penser, à la lecture de ce questionnement, qu’il s’agit de pensées et de propos intellectuels correspondant aux états d’âme tourmentés d’un artiste.

C’est mal connaître Hillel Kogan qui déjoue tous les pièges d’un propos inspiré et altruiste pour mieux rire de lui-même et de ses élans d’homme de gauche israélien favorablement disposé à l’égard des arabes.

Le danseur israélien malgré toute sa générosité d’artiste à l’abri des préjugés, reste victime de lui-même car, que resterait-il au chorégraphe pour créer sa pièce sans les préjugés ?

Sa supériorité de chorégraphe à l’égard du danseur exécutant, n’évite pas les signes de démagogie, de paternalisme aux relents colonialistes.

Car l’artiste dominant ne peut, s’il veut conduire son art et rendre son œuvre intéressante, faire l’impasse sur le conflit, la violence, la guerre.

Théâtre : we love arabs

Hillel Kogan, en pratiquant l’autodérision prend-t-il le risque de brouiller le propos de sa pièce ?

Le rire qu’il déclenche risque-t-il de prendre le pas sur le message profond ?

S’il fallait qu’il y ait, dans cette joute artistique, un gagnant et un perdant, un bourreau et une victime, l’avantage ne reviendrait sans doute pas à celui des deux qui, en dépit des bons sentiments sincères qu’il laisse transparaître, montre les signes d’un racisme inconscient.

Mais c’est en poussant le plus loin possible le rire, en proposant le houmous, mets commun aux arabes et aux israéliens comme moyen de communier, qu’ Hillel Kogan déjoue à la fois un trop grand surlignage de la gravité du sujet et toute dérive débordante vers la comédie.

Hillel Kogan est un bavard délicieux et son spectacle, avec la participation toute en retenue de son partenaire (seul danseur arabe israélien professionnel) est un chef d’œuvre de subtilité, d’intelligence qui en dit plus long sur la réalité de la cohabitation que tout travail démonstratif sur le sujet.

On sort de là, au bout d’une petite heure de spectacle, ragaillardi, sous le charme. Et heureux

Un spectacle à ne pas manquer !

Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point 2 bis avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21 / www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Veillée de famille »
    Deux frères et une sœur autour de la cinquantaine vont et viennent, discutent de tout et de rien pendant que de l’autre côté du couloir, leur vieille mère agonise. La conversation les conduit au bout... Lire la suite (21 mars)
  • « Le pays lointain »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens, comme dans Juste la fin du... Lire la suite (21 mars)
  • « Madame Pink » Comédie d’Alfredo Arias et René de Ceccatty
    Pour rompre avec la monotonie de sa vie conjugale, madame Pink, une grande bourgeoise excentrique, décide un jour d’adopter un caniche. Or, le petit chien Roxie ira bien au delà des espérances de sa... Lire la suite (20 mars)
  • « Qui a tué mon père »
    C’est à la demande de Stanislas Nordey, acteur et metteur en scène reconnu, que Édouard Louis a écrit ce texte. C’est à une réconciliation avec ce père honni dans En finir avec Eddie Bellegueule que... Lire la suite (20 mars)
  • « Et ma cendre sera plus chaude que leur vie »
    Marina Tsvetaeva, qui connut un destin tragique, est une des plus grandes poétesses russes de la première moitié du XXème siècle. Son destin suit l’histoire russe. Son mari épouse d’abord la cause des... Lire la suite (19 mars)