Actualité théâtrale

Le Mouffetard Théâtre des Arts de la Marionnette, jusqu’au 11 février, en tournée ensuite

« White dog » d’après le roman « Chien blanc » de Romain Gary. Mise en scène Camille Trouvé.

L’histoire de «  Chien blanc  » (mais pourquoi avoir intitulé le spectacle «  White Dog  » ?) se situe dans l’Amérique des années 60. Martin Luther King a été assassiné et la communauté noire voit ses droits civiques rendus caduques et menacés chaque jour un peu plus.

Romain Gary, témoin de cette révolution sociale, entreprend l’écriture d’un nouvel ouvrage qui aura pour thème le racisme.

Le sujet de départ de son livre est l’adoption par le couple qu’il forme avec l’actrice Jean Seberg, partie prenante du combat pour l’égalité, d’un chien abandonné nommé Balka.

Mais l’animal apparemment de nature douce et affectueuse peut montrer les signes de violence et de cruauté dès le moment où on le met en présence d’un homme noir.

Théâtre : Chien blanc

Il était difficile d’adapter le roman de Romain Gary pour le théâtre autrement que par le biais de la marionnette.

Camille Trouvé et les membres de la Compagnie « Les Anges au plafond » se sont emparés du livre et ont opté pour la technique du papier.

Pour saisir la réalité, le papier se tord, se déchire et transforme les personnages du roman en personnages littéraires.

L’action, tour à tour drôle ou tragique, voir s’incarner, par le pouvoir magique de deux comédiens-marionnettistes, l’un blanc, l’autre noir, les personnages de Romain Gary et de Jean Seberg.

Si le spectacle n’est pas sans maladresses et si la mise en scène est encore parfois un peu brouillonne, le geste de manipulation prend ici toute sa dimension politique, la marionnette jouant son rôle de vecteur d’empathie.

Et les questions sont posées : que faire d’un monstre créé par la bêtise de l’homme ? Quel espoir pour le rêve de fraternité et de réconciliation quand la bêtise humaine a planté ses jalons et qu’elle rime avec férocité animale ?

Ici, l’univers sonore apporte à la création une sorte de double dimension narrative et soutenant l’action au rythme d’une batterie dont les accents vont du jazz des années 60 jusqu’au groove hip-hop contemporain. Il souligne l’urgence de la situation en même temps que la tension menaçante à l’intérieur du couple et entre les deux communauté qui s’affrontent.

Quelques représentations de rodage et le travail de Camille Trouvé et de ses comédiens marionnettistes sera totalement abouti.

Francis Dubois

Le Mouffetard Théâtre des arts de la marionnette. 73 rue Mouffetard 75 005 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 84 79 44 44 / contact@lemouffetard.com

Représentations scolaires : Jeudi 8 février et vendredi 9 février à 14h 30 

Dates de la tournée du spectacle :

Du 15 au 21 mars Festival MARTO Malakoff – Les 6 et 7 avril La Ferme du Bel-Ebat Guyancourt-Du 10 au 14 avril Le Bateau Feu Dunkerque – Du 17 au 19 avril Le Tangram Evreux – Les 17 et 18 mai Théâtre de l’Hôtel de Ville Saint Barthélémy d’Anjou – Les 24 et 25 mai Le Trident Cherbourg -Les 5 et 6 juillet Théâtre du Cloître Bellac.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les Mille et Une Nuits »
    Guillaume Vincent aime les contes et les mythes. Il l’avait déjà prouvé avec Songes et Métamorphoses où il explorait les Métamorphoses d’Ovide. Rien d’étonnant donc à ce qu’il se penche sur Les... Lire la suite (19 novembre)
  • "Motobécane"
    "Motobécane" est repris du 3 novembre au 30 décembre (sauf les 24 et 25 décembre) Novembre : les dimanches à 17h30 et les lundis à 19h Décembre : lundis et mardis à 19h, mercredis à 21h15,... Lire la suite (16 novembre)
  • « Waynak »
    Les plus vieux d’entre nous avaient rêvé d’un monde sans guerre. Pourtant elle était toujours là, mais plus loin. Et puis maintenant elle n’est plus loin, juste de l’autre côté de la Méditerranée. Les... Lire la suite (16 novembre)
  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)