Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Hlynur Palmason (Danemark-Islande)

« Winter Brothers » Sortie en salles le 21 février 2018.

Emil travaille dans une carrière de calcaire près de la petite ville de Faxe au Danemark. Pour gagner un peu plus d’argent, il fabrique un alcool frelaté qu’il vend sous le manteau aux gens du village et aux ouvriers de la carrière, avec des produits qu’il dérobe à l’entreprise. Les choses se compliquent ainsi que ses relations avec son frère dont il était proche, lorsque la mixture fabriquée de façon très artisanale par Emil est accusée d’avoir empoisonné un de ses fidèles clients.

Cinéma : Winter brothers

Il n’est pas certain que le premier souci de Hlynur Palmason ait été de réaliser un film autour de la dangerosité de l’alcool frelaté fabriqué par Emil.

Ce réalisateur qui vient de l’Art visuel, dont « Winter Brothers  » est le premier long métrage, reconnaît avoir hésité entre un film de cinéma, une installation vidéo, une peinture, une sculpture ou une série de photos avant de préciser son projet.

Si la forme cinématographique s’est finalement imposée, il n’a d’évidence pas tout à fait renoncé aux autres formes en donnant à son récit une préférence esthétique.

Et si l’on devait définir son film, en une image, ce serait parmi celles qui associent ton sur ton, le blanc des paysages neigeux, le blanc de la carrière de craie, et ce blanc dont la poussière crayeuse recouvre les visages, les chevelures, les vêtements des ouvriers. C’est un peu comme si le projet cinématographique s’était alimenté, pour ne pas les abandonner des autres projets artistiques laissés de côté.

L’esthétique du film ne déborde jamais sur la réalité du récit et si les visages sont masqués de blanc, ils ne manquent pas d’expression, du poids des sentiments qui occupent et tourmentent les personnages. Emil est un être profondément énigmatique, complexe dans sa simplicité. Qui est-il en réalité ? Quelqu’un qui ne disposerait pas de toutes les facultés mentales ? Un être malin, retors ? Un garçon d’une nature brute ou au contraire un être d’une grande sensibilité ?

Pour Hlynur Palmason, la première étape d’un projet artistique quel qu’il soit est composée d’images et des sons qui sont comme une sorte de germe. jusqu’à ce que le projet en l’état atteigne ses propres limites et que surviennent d’autres éléments qui conduisent à élaborer le contour narratif définitif.

Pour le réalisateur, le cinéma touche autant à la vue qu’à l’ouïe et la création d’un film est quelque chose de fragile et de mystérieux qui peut évoluer à chacune des étapes de sa fabrication.

Le film est également une chronique villageoise, Il entre en jeu, dans l’élaboration du récit, la part de chacun des protagonistes, depuis les personnages qui contribuent directement à l’histoire, ceux qui sont à la périphérie du récit, ceux qui n’apparaissent que comme des silhouettes.

L’univers neigeux pèse sur le récit et introduit même, dans les séquences réalistes, une part de rêve de telle sorte qu’on pourrait sortir de la projection du film en se disant, se remémorant la blancheur des paysages, les demi masques de craie qui recouvrent les visages, les atmosphères feutrées, qu’on a assisté à un conte.

C’est, en tous cas un très beau film.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Have a nice day »
    Alors qu’une pluie ininterrompue s’abat sur une petite ville du sud de la chine, Ziao Zhang, qui veut offrir les service d’un chirurgien renommé à son amie défigurée au cours d’une première opération... Lire la suite (23 juin)
  • « Jerico, l’envol infini des jours »
    C’est dans le village de Jérico, niché au cœur de la Cordillère des Andes où vivait sa grand mère que Catalina Mesa est allée à la rencontre de femmes qui, face à sa caméra, évoquent leur passé et leur... Lire la suite (23 juin)
  • « Sicilian Ghost story »
    Habitant d’ un village sicilien, Giuseppe, un garçon de 13 ans disparaît subitement. Toutes les éventualités sont envisagées, mais Luna, sa camarade de classe, écarte l’idée d’une disparition... Lire la suite (13 juin)
  • « Filles du feu »
    Elles ont à peine vingt ans et elles affrontent, en guerrières, l’état islamique au Kurdistan syrien. Dans cet endroit du monde où l’homme marche devant et la femme derrière, le fait qu’elles aient... Lire la suite (12 juin)
  • « Désobéissance »
    Ronit est allée vivre à Manhattan où elle est devenue une photographe reconnue. Elle est partie aux États-Unis pour faire carrière mais aussi, et peut-être plus encore, pour prendre de la distance avec... Lire la suite (10 juin)