Actualité théâtrale

au théâtre Les Déchargeurs

"Wish" Du 11 juillet au 31 août

Claudia, responsable commerciale d’une entreprise de maroquinerie haut de gamme, doit rencontrer le PDG d’une chaîne de distribution pour le convaincre de distribuer les sacs Wish. Elle se prépare en faisant quelques exercices qui lui semblent appropriés, mêlant combativité et décontraction, sans se douter que le PDG l’observe avec malice. Entre eux va se développer un combat pour convaincre, pour semer le doute, avec son lot de séduction et de rejet. Mais la pièce n’est pas que le face à face d’une jeune femme ambitieuse et d’un PDG que son âge et sa position sociale rendent sûr de lui, elle fait vivre les questions qui se posent dans l’entreprise aujourd’hui : que faut-il produire pour résister à la concurrence, faut-il se préoccuper des conditions dans lesquelles on produit, s’inquiéter de l’éventuelle toxicité des produits ? Faut-il choisir le luxe et les marques quitte à exclure une partie des clients ? Peut-on encore produire en France ?

Comme dans certaines pièces de Michel Vinaver, il ne s’agit pas d’aborder ces questions de façon didactique, elles apparaissent de façon vivante, contradictoire, sans aucune pesanteur, empreintes d’un humour parfois ravageur, dans le face à face des deux personnages. Et il y a suffisamment de subtilité dans ce débat pour que le doute ne soit pas toujours du même côté ! C’est assez rare dans le théâtre d’aujourd’hui pour mériter que l’on s’y arrête.

Crédit Tesson et Jimenez

La mise en scène sobre de l’auteur Régis Ivanov sert très bien la pièce en focalisant l’attention du spectateur sur les deux personnages. Marion Servole a la jeunesse et la fougue tempérée de réflexion de Claudia, jeune cadre ambitieuse qui cherche l’équilibre entre ses convictions et le désir de plaire pour emporter un contrat. Elle oscille avec bonheur entre les moments de discours stéréotypés et les moments où, un peu déstabilisée, elle cherche et parvient à retrouver son équilibre. Benoit Di Marco campe un PDG au comportement parfois excentrique, qui soulève des questions dérangeantes et s’avère finalement beaucoup plus complexe qu’on ne le soupçonnait. Tous deux sont remarquables.

Micheline Rousselet

Du jeudi au samedi à 21h30.
Théâtre Les Déchargeurs
3 rue des déchargeurs, 75001 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 36 00 50

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)