Actualité théâtrale

au théâtre Les Déchargeurs

"Wish" Du 11 juillet au 31 août

Claudia, responsable commerciale d’une entreprise de maroquinerie haut de gamme, doit rencontrer le PDG d’une chaîne de distribution pour le convaincre de distribuer les sacs Wish. Elle se prépare en faisant quelques exercices qui lui semblent appropriés, mêlant combativité et décontraction, sans se douter que le PDG l’observe avec malice. Entre eux va se développer un combat pour convaincre, pour semer le doute, avec son lot de séduction et de rejet. Mais la pièce n’est pas que le face à face d’une jeune femme ambitieuse et d’un PDG que son âge et sa position sociale rendent sûr de lui, elle fait vivre les questions qui se posent dans l’entreprise aujourd’hui : que faut-il produire pour résister à la concurrence, faut-il se préoccuper des conditions dans lesquelles on produit, s’inquiéter de l’éventuelle toxicité des produits ? Faut-il choisir le luxe et les marques quitte à exclure une partie des clients ? Peut-on encore produire en France ?

Comme dans certaines pièces de Michel Vinaver, il ne s’agit pas d’aborder ces questions de façon didactique, elles apparaissent de façon vivante, contradictoire, sans aucune pesanteur, empreintes d’un humour parfois ravageur, dans le face à face des deux personnages. Et il y a suffisamment de subtilité dans ce débat pour que le doute ne soit pas toujours du même côté ! C’est assez rare dans le théâtre d’aujourd’hui pour mériter que l’on s’y arrête.

Crédit Tesson et Jimenez

La mise en scène sobre de l’auteur Régis Ivanov sert très bien la pièce en focalisant l’attention du spectateur sur les deux personnages. Marion Servole a la jeunesse et la fougue tempérée de réflexion de Claudia, jeune cadre ambitieuse qui cherche l’équilibre entre ses convictions et le désir de plaire pour emporter un contrat. Elle oscille avec bonheur entre les moments de discours stéréotypés et les moments où, un peu déstabilisée, elle cherche et parvient à retrouver son équilibre. Benoit Di Marco campe un PDG au comportement parfois excentrique, qui soulève des questions dérangeantes et s’avère finalement beaucoup plus complexe qu’on ne le soupçonnait. Tous deux sont remarquables.

Micheline Rousselet

Du jeudi au samedi à 21h30.
Théâtre Les Déchargeurs
3 rue des déchargeurs, 75001 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 36 00 50

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les pieds tanqués »
    Pétanque vient du provençal « pé », pied et « tanca » pieu. Jouer à la pétanque c’est donc jouer aux boules pieds joints et non en prenant de l’élan comme à la lyonnaise. Comme on est en Provence, un... Lire la suite (27 septembre)
  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)