Actualité théâtrale

Au Montfort Théâtre, partenaire Réduc’ Snes, jusqu’au 06 avril

"Woyzeck [Je n’arrive pas à pleurer]" De Georg Buchner et Jean-Pierre Baro

La programmation du Montfort est toujours intéressante et Jean-Pierre Baro y avait montré, l’an dernier, un " Ivanov " très réussi. On pouvait donc s’attendre à ce qu’il nous propose, de nouveau, un spectacle de bonne qualité.

Malheureusement, force est de constater que l’on est bien déçu de son " Woyzeck. "  !

" Woyzeck " est la dernière pièce, inachevée, de Buchner. Il en a laissé des bribes, non reliées entre elles. Cela fait l’affaire de metteurs en scène, qui peuvent laisser leur imagination combler les vides. C’est ce que fait Jean-Pierre Baro, en intercalant dans l’histoire de Woyzeck, celle de son propre père, immigré sénégalais, ex-enfant de troupe, puis technicien chez Dassault. Les deux histoires se côtoient sur la scène, celle du père, racontée par la mère, et celle de Woyzeck. Le lien entre les deux histoires n’est pas immédiatement évident et même si l’on comprend petit à petit le propos de Jean-Pierre Baro, cela reste quand même assez " tiré par les cheveux ".

Les deux sont en effet de pauvres gens, victimes de la société de leur temps. Woyzeck sombre dans la folie, méprisé et humilié par le Docteur et par le Capitaine, le père de Baro sombre dans l’alcoolisme, victime du racisme ambiant. Mais s’en tenir à cette analogie, c’est nié que Woyzeck est surtout une histoire de passion amoureuse et de jalousie, qui débouche sur le meurtre de Marie, l’amante infidèle.

La mise en scène n’arrange rien : les effets sont appuyés, le rythme, déjà lent, est encore alourdi par des scènes qui n’apportent rien à l’histoire ou qui auraient dû être très raccourcies (notamment, celle, très lourdingue, où Simon Bellouard, qui joue l’amant, intervient nu – pourquoi nu ? - pour s’en prendre à Woyzeck). Le personnage de l’Italien, non plus, n’apporte pas grand chose. Les actrices s’en sortent bien, en particulier Cécile Coustillac, qui joue la mère. Mais le jeu de l’acteur principal, Adama Diop, qui interprète à la fois Woyzeck et le père, reste énigmatique. A tel point que même la scène du meurtre de Marie ne dégage aucune intensité dramatique. L’émotion ne passe jamais. La seule bonne idée est l’intervention de la vidéo, sur un écran en fond de scène, et celle de la musique, piano-jazz, d’un côté, juke-box et rock de l’autre. Cela fait peu ….

Ce n’est quand même pas fréquent, au Montfort, que l’on voit autant de gens quitter la salle en cours de représentation... Dommage !

Sylvie Chardon

Le Montfort

106 rue Brancion – Paris 15°

www.lemontfort.fr

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 56 08 33 88

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)