Actualité musicale, chanson...

à la Salle Gaveau

"Yanowski" - La passe interdite Les 29 et 30 janvier

Ceux qui ont vu Le cirque des mirages se souviennent de Yanowski. Sans Fred Parker cette fois, le voici qui nous propose ses chansons. Elles nous parlent d’amour, de folie, des cabarets où les clients s’étourdissent dans l’alcool et la compagnie des filles, de villes lointaines et de solitude. On se perd des cabarets de Buenos-Aires, où personne « n’aurait esquissé le parjure de tenter la passe du diable » aux tavernes slaves où les mourants festoient une dernière fois.

Son jeu expressionniste, sa tenue juste assez étrange pour nous interpeller - redingote hors d’âge, écharpe pourpre et fleur rouge sang à la boutonnière – entrent en résonance avec la poésie inquiétante de ses textes. Ses mains puissantes se dressent comme des serres ou enlacent, il esquisse des pas de danse, il envahit la scène. C’est un chanteur mais aussi un acteur qui crée des univers où le drame côtoie l’ironie et la dérision, comme dans cette chanson qui évoque les désarrois d’un homme confronté à une allumeuse qui au moment décisif lui dit que c’est impossible « car elle est mariée et a quatre enfants » ! C’est assez cruel pensent les hommes tandis que les spectatrices se laissent aller à un petit rire. Sa voix particulière, travaillée avec des professeurs de chant lyrique, suscite des sentiments qui vont de la surprise à l’émotion.

Accompagné par le pianiste argentin Gustavo Beytelmann et le violon trépidant de Cyril Garac il nous ouvre la porte de son univers étrange, mystérieux, et violent. Il doit beaucoup à Edgar Poe mais un Edgar Poe qui laisserait de l’espace à un humour grinçant, comme dans cette chanson hommage à son pianiste arrangeur « El señor Beytelmann » pour qui il écrit : « derrière ce cœur de pierre, se cache une âme solitaire, un poète du revolver, un cœur sensible, un mélomane…Mais il cache en lui un mystère, un doux secret un tendre drame …Il aurait voulu être Mozart ».

Micheline Rousselet

Salle Gaveau
les 29 et 30 janvier
45-47 rue de La Boëtie, 75008 Paris
Réservations : 01 49 53 05 07

Autres articles de la rubrique Actualité musicale, chanson...

  • Rémo Gary : du "grand soir" au "petit matin"
    Avec des mots qui chante les maux d’aujourd’hui, des textes d’une grande beauté, emplis d’intelligence et d’humanité, de poésie ancrée dans la vie, pétris d’un vocabulaire à la fois riche et simple, des... Lire la suite (Avril 2008)
  • Baladins et citoyens
    Avec "Rien que du bonheur ???", ce trio de cordes vocales et d’instrumentistes issu des collectifs "Motivés" et "100% Collègues" a rassemblé 12 chansons corrosives qui brocardent avec beaucoup... Lire la suite (Avril 2008)