Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Eytan Fox (Israël)

"Yossi" Sortie en salles le 2 janvier 2013

Yossi est cardiologue dans une clinique de Tel-Aviv. Depuis la mort au combat de son compagnon, dix ans plus tôt, il vit seul et assume mal sa sexualité. Il s’enfonce chaque jour un peu plus dans une existence routinière et cafardeuse.

Sur les conseils de son chef de clinique, il décide de prendre quelques jours de vacances.

Il met le cap sur Eilat. En chemin, il rencontre un groupe de quatre militaires qui s’y rendent aussi. Alors qu’il avait le projet d’aller jusque dans le Sinaï, il fait une halte dans l’hôtel où séjournent les jeunes gens.

Tom, l’un d’eux, qui revendique son homosexualité et la vit sans s’en cacher au sein de l’armée, se trouve attiré par la personnalité singulière de Yossi.

L’espace d’une soirée, Yossi l’inhibé et Tom l’extraverti vont se rapprocher l’un de l’autre.

En 2002, Eytan Fox réalise " Yossi et Jagger" qui traite d’une histoire d’amour clandestine entre deux militaires.

A l’époque, une histoire d’amour homosexuelle était inconcevable au sein de l’armée israélienne et il est fort probable que ce film au dénouement dramatique (Jagger mourrait, tué par l’explosion d’une mine) ait joué un rôle dans l’évolution des mentalités du pays.

Au cours d’une master-class de cinéma sur le campus de l’université de New-York à Tel-Aviv, les étudiants posèrent à Eytan Fox la question de savoir ce qu’était devenu son personnage de Yossi, après la mort de Jagger.

Elle provoqua chez le cinéaste un déclic et c’est ainsi que naquit le projet d’imaginer une suite à son film.

Yossi, (magnifiquement interprété par le comédien Ohad Knoller), a entrepris des études après l’armée. Il est devenu cardiologue mais ne s’est toujours pas remis, dix années après, de la disparition de Jagger survenue au moment où celui-ci avait décidé de dévoiler leur histoire d’amour à son entourage, à ses proches.

Tout cela est resté en suspens et Yossi souffrant de ses projets inaboutis, de cette révélation avortée, s’est replié sur lui-même. Il n’existe plus qu’à la marge de la vie, ne se consacre plus qu’à son activité professionnelle (il lui arrive de dormir dans la clinique).

Eytan Fox procède par touches, ne levant le voile sur son personnage qu’avec pudeur et discrétion, une économie d’indications qui rejoignent l’effacement de Yossi, cette prudence avec laquelle celui-ci procède vis-à-vis de son entourage, de l’amitié qu’on lui témoigne à cause du charme qui se dégage de sa personne.

"Tu sais rire !" s’étonne Tom, lorsque Yossi, au contact du jeune homme, laisse apparaître sa vraie nature enfouie depuis le moment où le malheur est survenu.

Et c’est le sourire de Yossi, annonciateur d’un retour à la vie, qui vient apporter des nuances à la nature extravertie de Tom.

Eytan Fox reste discret sur le passé de Tom mais on apprend que s’il n’a pas révélé son homosexualité à ses parents, c’est parce que ceux-ci ne s’étaient jamais intéressés à lui.

Si le film déborde parfois et frise ici et là le mélo, il assume à ce point ce qui pourrait être des facilités de scénario, que les moments les plus "risqués" (la visite aux parents de Jagger, le récital de Keren Ann) échappent aux clichés. Ceci grâce au savoir-faire du metteur en scène mais grâce aussi à l’interprétation toute en nuances de Ohad Knoller et à la frontalité du jeu de Oz Zehavi.

" Yossi" témoigne d’une évolution dans certains domaines des mentalités en Israël, même au sein de l’armée où les officiers peuvent maintenant révéler leur homosexualité. Mais Eytan Fox qui ose aborder des sujets tabous dans ses films, pêche sans doute par excès d’optimisme. Il anticipe peut-être quand il nous montre un monde meilleur.

Mais peut-être est-il un visionnaire !

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)