Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Benoit Forgeard (France)

« Yves » Sortie en salles le 26 juin 2019.

Jérem, un chanteur de rap met la dernière main à son premier disque qui doit sortir prochainement.

C’est alors qu’il fait la rencontre de So, charmante et mystérieuse enquêtrice pour le compte de la start-up Digital Cool. Elle le persuade de prendre à l’essai, pour l’assister dans son quotidien, Yves, un réfrigérateur intelligent. Mais l’engin ménager va bientôt s’imposer et déborder les limites du rôle qu’il devait jouer initialement.

Cinéma : Yves

C’est en assistant à une conférence sur les robots et sur leur rôle dans notre futur qu’est venue à Benoit Forgeard l’idée de réaliser un film sur le sujet, assorti de la question « Et si les appareils intelligents connectés allaient renouveler considérablement le genre du vaudeville ».

Leur arrivée parmi les humains pouvaient ouvrir des perspectives surréalistes.

De là à imaginer un réfrigérateur qui parle, prend des initiatives jusqu’à dépasser ses attributions de robot et se montrer directif et autoritaire …..

La révolution technologique, si elle a de quoi nous angoisser, peut également offrir un grand potentiel comique et pourquoi pas, dériver vers le renouvellement des codes de certains genres cinématographiques devenus obsolètes comme le conte de fée.

Le film de Benoit Forgeard est tout à la fois un film d’anticipation proche, un vaudeville, un conte de fée auquel un certain relent de romantisme s’ajoute.

Le scénario d’  « Yves » bénéficie d’une écriture toujours inventive favorable aux rebondissements qui s’imposent et grâce à cette virtuosité qu’il offre au fantastique le plus débordant il trouve une totale crédibilité.

Ni dans l’écriture, ni dans la misse en scène, Benoît Forgeard ne force jamais le trait alors que la plupart des scènes auraient pu facilement déborder et provoquer l’hilarité facile.

Si le sujet de l’intelligence artificielle sert la comédie, il y a assez de contrôle dans l’écriture et dans la mise en scène du film de Benoît Forgeaud pour laisser la place à la réflexion et ne jamais perdre de vue que l’emballement des technologies modernes est un sujet préoccupant.

Pourtant Benoît Forgeard ne prive son scénario d’aucune audace et cela jusqu’à imaginer une «  Eurovision de la chanson »  où les lauréats seraient des objets et où Yves, le réfrigérateur auteur compositeur, sortirait gagnant.

Mais «  Yves  » est aussi une histoire d’amour chargée d’émotion avec une happy-end digne du plus beau des romans-photos.

Le film précédent de Benoît Forgeard, « Gaz de France » était un opus déjanté dont le personnage central était un Président de la République timoré.

Avec « Yves  », il réussit une œuvre beaucoup plus aboutie, drôle et inquiétante qui le sort de la catégorie des réalisateurs marginaux pour le placer au rang des metteurs en scène les plus convaincants de notre cinéma .

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)