Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’animation d’Isabelle Favez (Suisse-France-Belgique)

« Zibilla ou la vie zébrée » Sortie en salles le 13 novembre 2019.

Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien qu’elle en arrive à détester ses rayures.

Un jour, ses mauvais camarades lui volent le doudou dont elle ne se sépare jamais et qu’elle veut à tout prix récupérer.

La voilà partie à la recherche de son doudou et l’aventure commence...

La quête de son doudou va l’amener dans un cirque où le pauvre balayeur de piste Salvador, pour avoir laissé échapper le lion, clou du spectacle, est contraint de le remplacer derrière un masque.

D’un naturel paisible, il doit effrayer et sa mission qui devient une torture pour lui le met en constant porte-à-faux.

Face aux difficultés de Salvador, Zibilla qui se reconnaît en lui, va reprendre confiance en elle et accepter sa vraie nature.

Cinéma : Zibilla

Isabelle Favez n’avait jusque là réalisé que des films d’animation très courts de 5 à 6 minutes.

Avec «  Zibilla » qui a une durée nettement plus longue, elle a pu développer des personnages avec plus de profondeur et concevoir une narration plus complexe.

La participation pour l’écriture du scénario de Pierre-Luc Granjon et la complicité du producteur et réalisateur Arnaud Demuynck, deux hommes d’expérience rompus à la fabrication de films d’animation se sont avérées être des collaborations déterminantes.

Le sujet de «  Zibilla  » est le droit à la différence et le film en plus de divertir, a une valeur éducative certaine.

C’est un conte résolument moderne à résonance actuelle. Il peut faire réfléchir un jeune public sur certaines valeurs humaines, sur le rejet de l’autre quand il est différent et l’amène à faire un choix entre le bien et le mal.

Même si l’objectif premier de «  Zibilla  » est le divertissement, le film offre au jeune spectateur les éléments pour accepter les différences des autres mais aussi pour mieux vivre leurs propres différences

« Zibilla  » aborde d’autres sujets secondaires : l’adoption, la peur du quotidien (comme le premier jour d’école) ou encore la difficulté à s’intégrer et à faire face aux moqueries humiliantes dont on ne prend pas la mesure de la gravité et des conséquences.

Le choix de situer l’histoire de «  Zibilla  » dans un monde d’animaux humanisés permet une certaine distance, une dédramatisation des choses en établissant un espace entre la fiction et la réalité.

La résolution de l’histoire se déroule dans un cirque, univers magique par excellence. Un monde plus ouvert à Zibilla, l’occasion de rencontrer d’autres équidés qui, comme elle, sont différents, l’occasion pour elle de découvrir que sa différence, ses rayures, peuvent aussi présenter des avantages.

Le film est destiné à un jeune public à partir de cinq-six ans mais ses qualités graphiques et de construction, la générosité de son propos font que tout public peut y trouver son compte.

Une belle histoire mais pas seulement !

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)