Actualité théâtrale

Jusqu’au 14 février au Théâtre Douze

« Zoom » L’itinéraire d’un enfant pas gâté

Dans une salle des professeurs où le professeur principal tarde à arriver, une femme, la mère de Burt, « un enfant difficile », se lance dans un long monologue. Elle qui n’arrivait pas à parler, dit dans un flot de paroles intarissable son vécu de mère célibataire, de femme qui n’a été aimée ni par sa mère, ni par celui qui lui a fait un enfant, ses difficultés face à l’école et aux services sociaux, des mondes dont elle n’a pas les codes, ses ambitions pour son enfant, elle qui n’avait pour ambition que d’être tolérée, et l’énergie folle qu’elle déploie pour l’amener à réussir ce dont elle rêve pour lui.

Théâtre : Zoom

Le texte de Gilles Granouillet dit tout ce que la sociologie nous enseigne sur les voies de garage où se trouvent enfermées les catégories les plus défavorisées : échec scolaire, maladresses, inefficacité et violence des services sociaux, rêves sans espoir de réussite sociale glamour, une succession d’humiliations qui brisent peu à peu la personne. Il met à nu la détresse de cette femme qui ne maîtrise ni le langage ni les codes des Institutions, qui rêve de ce qu’elle imagine être le meilleur pour son enfant et ne peut s’échapper que dans la violence, puisqu’elle n’a pas les mots. Mais ce n’est pas un cours de sociologie qu’il nous propose, c’est la parole d’une femme qui arrive enfin à dire ses émotions, son amour, à cesser de rêver pour son fils, à l’écouter et à en être fière. Et le torrent de mots qui sort de sa bouche nous bouleverse.
Annette Benedetti, dans une mise en scène sobre de Jean-Marc Galera, est cette femme avec son jean, son petit blouson et son grand sac clinquant, mâchonnant son chewing-gum, riant pour cacher sa gêne, ne maîtrisant pas toujours la syntaxe, mais qui une fois lancée ne s’arrête plus et dit tout ce qu’elle a sur le cœur. Elle a une énergie folle, elle nous entraîne dans les castings, dans le bureau du proviseur, sur les bancs du tribunal, elle nous fait rire ou nous emporte au bord des larmes. Elle est formidable.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 15h30
Théâtre Douze
6 avenue Maurice Ravel, 75012 Paris
Réservations : 01 44 75 60 31
Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)