Actualité théâtrale

Saison 2009-2010

à la Maison de la Poésie partenaire Réduc’snes

Du 29 septembre au 14 novembre, les poètes se donneront rendez-vous à la Maison de la Poésie pour nous raconter le Monde. Ces rencontres se feront sous la direction de Jacques Darras. Une quinzaine de dates sont prévues avec, le 3 octobre, à l’occasion de la Nuit Blanche, une nuit de rencontres européennes. Une quinzaine de pays seront invités…
SNES_FaçadeMaisonPoesie
Suit une programmation très dense et diversifiée :
> Du 7 au 22 octobre, "Darwich, deux textes" de Mahmoud Darwich, mise en scène et interprétation, Mohamed Rouabhi. Mohamed Rouabhi avait rencontré Mahmoud Darwich à plusieurs reprises à Paris mais aussi à Ramallah où il travaillé dans les camps de réfugiés et dans des prisons palestiniennes.
> Du 14 octobre au 15 novembre, "V." de Tony Harrison, mise en scène de Claude Guerre, directeur de la Maison de la Poésie."V." comme victory est un long poème épique et dramatique, écrit en 1985 par celui dont on dît qu’il est le gangster de la poésie anglaise et qui donne à son écriture un rôle politique et engagé… Un hommage à Arthur Scargill, leader des grandes grèves de mineurs de l’Angleterre d’alors, présenté comme une confrontation d’idées avec un jeune hooligan…
> Du 25 novembre au 13 décembre, "Timon d’Athènes- Shakespeare and Slam" d’après Shakespeare, mise en scène de Razerka Ben Sadia-Lavant. En réunissant comédiens, rappeurs, slameurs et musiciens, Razerka Ben Sadia-Lavant crée une rencontre entre la culture urbaine actuelle et les textes fondateurs…
> Du 26 novembre au 20 décembre, "Dans le jardin de mon père" écrit et interprété par Claude Guerre avec la complicité de David Lescot. Poème dramatique qui met en scène une sorte d’Ulysse, éternel voyageur, polyglotte cosmopolite… de sa rencontre avec lui enfant jusqu’au choix de sa propre mort…
> Du 6 janvier au 28 février "La trafiquante" à partir de poèmes de Valérie Rouzeau, Leslie Kaplan, Jacques Roubaud… Mise en scène de Bérangère Vantusso. "La trafiquante" a des trucs dans des boites fermées. Quelquefois elle les ouvre et il en sort des mots, des vers, de la prose, des poèmes de toutes sortes… Spectacle à partir de 6 ans.
> Du 7 janvier au 7 février, "La ballade de la geôle de Reading" d’Oscar Wilde, mise en scène de Céline Pouillon. Homme marié, écrivain célèbre, Oscar Wilde est condamné en 1895 à une peine de prison pour homosexualité. C’est à sa sortie qu’il écrit "La ballade de la geôle Reading".
> Du 20 janvier au 14 février, "Philoctète er ravachol" de Cédric Demangeot, mise en scène de Patrick Zuzalla. Ravachol, anarchiste français a été guillotiné à trente trois ans. Philoctète fut abandonné sur une île par Ulysse et ses compagnons. Deux poèmes qui se succèdent mettent en vis à vis l’histoire et le mythe…
> Du 17 février au 21 mars, "Kichinev 1903" de Bialik, mise en scène et interprétation Zohar Wexler. Pendant le pogrom de 1903, une famille est cachée dans l’arrière boutique d’une taverne où les pogromistes se saoulent avant d’aller violer et massacrer.
> Du 3 mars au 4 avril, "La tête de l’homme" de Florence Pazzottu, mise en scène de François Rodinson. Des Aèdes (poètes-chanteurs de l’antiquité) sillonnaient la Grèce et rapportaient la gestes des héros et des Dieux. Le théâtre retrouve les gestes antiques pour raconter le monde actuel. Une agression, une nuit dans la quartier du Panier à Marseille.
> Du 24 mars au 25 avril, "Arkhéion" conception Wilfried Wendling. C’est une errance en pays poétique dont le fil sera le politique et l’Histoire, l’engagement et l’isolement des poètes. Compositeur et vidéaste, Wilfried Wendling en arrive à la composition grâce notamment à Georges Aperghis.
> Du 23 avril au 23 mai, "Héros-limite" de Ghérasim Luca, mise en scène Laurent Vacher. Il ne s’agit pas ici de transformer les poèmes en chansons ni de trouver l’accompagnement qui convient mais de faire une proposition sonore et musicale de ces textes intimes…
> Du 5 au 30 mai, "Sainte dans l’incendie" de et mise en scène Laurent Fréchret. "Sainte dans l’incendie" est une fantaisie héroïque, une suite de variations sur une petite paysanne de légende inventant une autre histoire de France et faisant du théâtre de tout…
> Du 27 au 30 mai, se tiendra le Festival poésie sonores.
> Du 2 au 26 juin, "Maldoror" de Lautréamont, mise en scène de Pierre Pradinas, cherchant à établir la proximité entre le texte de Lautréamont et la musique des Pink Floyd. Une complémentarité qui paraît évidence même si ces deux écritures sont séparées par un siècle.

Par ailleurs, un cycle de conférences se produira à La Maison de la Poésie en partenariat avec les Amis de l’Humanité. Les premiers invités seront Bernard Stiegler en Octobre, Armand Gatti en novembre et Héléne Cixous en décembre.

Maison de la Poésie
Passage Molière, 157 rue Saint-Martin
75 003 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 44 54 53 14
www.maisondelapoesieparis.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)