Les épreuves de spécialités doivent avoir lieu à la mi-mars. Dans le contexte d’une année une nouvelle fois chamboulée par le Covid19, le calendrier devient intenable. Les classes se vident au gré de cas de Covid et des cas contacts, les absences perlées des élèves conduisent à une forme de discontinuité pédagogique. Préparer sereinement les épreuves dans ce contexte est devenu illusoire. Les inégalités se creusent entre élèves et entre les lycées.

Dans l’immédiat, le SNES-FSU exige le report des épreuves de spécialités de mars à juin sur la base des programmes prévus pour les épreuves de mars. Le ministre de l’Education nationale s’est dit ouvert à des discussions sur le calendrier des épreuves de spécialité : maintenons la pression pour obtenir une décision rapide du ministre sur le report des épreuves.

Le SNES-FSU, le SNEP-FSU, la CGT Educ’action, FO, le SNALC et Sud Education ont lancé une pétition, soutenue également par l’APBG, l’APSES, l’APHG, l’APMEP, l’APPEP, l’APL, l’UDPPC, la CNARELA pour exiger le report des épreuves de spécialité de mars à juin.