Tous les quatre ans, les personnels désignent celles et ceux qui siégeront dans les différentes instances représentatives. Titulaires, stagiaires et contractuels sont appelés à choisir leurs représentants, dans les comités techniques (CT) commissions administratives paritaires (CAP) et commissions consultatives paritaires (CCP). Projets de réforme, mesures sur les conditions de travail, revalorisation salariale mais aussi examen des décisions individuelles, de mutation et de carrière… Ces instances sont indispensables pour assurer aux agents une égalité de traitement, un droit de regard sur leurs conditions de travail, leurs rémunérations…, une aide quotidienne dans leurs démarches auprès de leur administration et le suivi de leur situation individuelle.

Majoritaires dans le second degré lors des dernières élections en 2014 (43 % en commissions administratives paritaires nationales, 45 % en commissions administratives paritaires territoriales), les élu.e.s du SNES et de la FSU veulent plus que jamais poursuivre leur travail de défense et de revalorisation des métiers.

>>>> Professions de foi, témoignages, chiffres…
Consultez le site du SNES-FSU dédié aux élections professionnelles <<<< Ces élections interviennent en effet dans un contexte particulièrement oppressant pour les personnels. Alors qu’ils sont confrontés à une hausse du nombre d’élèves à prendre en charge, que les difficultés des métiers ont été mises en évidence lors de l’agression commise sur une enseignante à Créteil, le gouvernement répond en amplifiant sa politique de suppression de postes pour la rentrée 2019 (- 2 650 postes) et les suivantes. Parmi les dossiers portés par le SNES-FSU : ● Alertes effectifs : le second degré a plus que jamais besoin de moyens humains, au moment où il accueille des classes d’âges très nombreuses et un public de plus en plus diversifié. ● Salaires corrects exigés : avec une inflation en juin 2018 à 2,1 % sur un an, une nouvelle augmentation de la retenue pour pension des fonctionnaires au 1er janvier prochain, c’est une véritable baisse des salaires nets qui se profile. ● Paritarisme des instances : le SNES-FSU se mobilise contre la volonté du gouvernement de vider de leur sens les instances de consultation. ● Non à la suppression du service public de l’orientation de l’Éducation nationale : le SNES-FSU revendique le maintien de tout le réseau des CIO, ainsi que le maintien des DRONISEP, des Psy-ÉN et des DCIO au sein de l’Éducation nationale. ● Retraites : le SNES-FSU s’oppose au projet de réforme des retraites, présenté mi-2019, instaurant un système de retraites par points.