Redisons-le, les vacances scolaires ne sont ni un luxe ni un privilège et elles ne sont pas responsables des difficultés du système éducatif. Alors profitons-en pour se reposer, se ressourcer, préparer sa rentrée…ou déménager pour ceux qui ont obtenu une mutation ou une première affectation.
Dans des conditions matérielles que l’on sait déjà difficiles et alors que le discours présidentiel du 14 juillet n’ouvre aucune perspective sociale, le premier trimestre sera intense avec la découverte de nouvelles classes et souvent de nouvelles équipes pédagogiques et éducatives. Elle sera aussi riche avec les différentes consultations ministérielles annoncées dès septembre et les élections professionnelles en décembre.

Bel été à toutes et tous

Roland Hubert