Comme prévu, l’atelier « gouvernance » du Grenelle de l’Éducation a traduit l’action et la pensée du ministre : toute organisation humaine ne peut fonctionner que par un management autoritaire. Pour le second degré, au nom d’«un pilotage assumé par le chef d’établissement », l’atelier invite le ministère à étendre le recrutement de postes à profils en « renforçant le pouvoir décisionnel des chefs d’établissement ».

Oui chef !

Il propose de remplacer tous les conseils (sauf le CA déjà bien attaqué), dont la CHS, par un conseil éducatif, « comportant des membres permanents et des membres invités en fonction du sujet traité ». La volonté de renforcer le rôle du chef dans l’évaluation et détricoter PPCR, trop favorable à l’autonomie professionnelle, est clairement affichée comme celle de créer des décharges ou IMP, valorisées dans la carrière, définies localement par le chef, pour participation à la gouvernance. Enfin, il incite à lier la formation des enseignants aux besoins de la gouvernance et des projets d’établissement.

L’atelier « autonomie » n’a fait lui aussi que reprendre les idées du ministre. L’établissement, autonome, se lierait avec l’État par un Plan d’autonomie et de réussite d’établissement (PARE) et un document d’objectifs (DOCOB), signés pour cinq ans. Ce qui se dessine est limpide : la mise en charpie du caractère national du second degré par la définition, comme dans le privé, d’un caractère propre de chaque EPLE ; la caporalisation, la destruction de l’autonomie professionnelle des équipes éducatives autour du chef d’établissement omnipotent et omniscient.

L’avis du Snes-FSU

Le SNES-FSU défend un autre projet qui, à l’inverse de celui du ministère, permettrait de combattre les inégalités scolaires et sociales :faire vivre la démocratie interne des EPLE avec un cadrage national renforcé autour de personnels dont l’autonomie professionnelle et le statut sont d’abord des protections pour les élèves et leur famille.L’exigence, l’ambition scolaire pourtous est notre projet. Le Grenelle, lui, a accouché d’une pensée rance.

Vos questions
Le Snes défend les droits individuels et collectifs. Vos représentants vous répondent, vous conseillent et vous accompagnent.
Accès à la FAQ

Vous ne trouvez pas votre réponse, posez-nous votre question