Actualité théâtrale

à la Maison de la Poésie, jusqu’au 22 novembre

"V" de Tony Harrison. Mise en scène de Claude Guerre

Tony Harrison est né dans une famille modeste à Leeds, dans le nord de l’Angleterre. Il écrit de la poésie mais se consacre également au théâtre, au cinéma, à l’opéra… En 1985, il publie "V", un long poème dramatique en alexandrins, un constat politique sur la lutte dans les mines de charbon et plus globalement dans ce Nord industriel laminé par la politique de Margaret Thatcher.
Au moment de se recueillir sur la tombe de son père, un homme constate que le cimetière a été profané. Que la lettre V a été inscrite sur des pierres tombales. C’est sans doute l’œuvre de hooligans intervenus à une fin de match arrosée à la bière.
Tony Harrison imagine la rencontre entre le hooligan et l’homme. D’un côté l’homme et sa conscience et de l’autre, l’âme à vif, l’agressivité, la langue de la rue. La misère, l’espoir perdu conduisent l’être dans son dernier retranchement, la haine poussée jusqu’au dernier rempart, la profanation des morts…
Le poète se trouve confronté à l’agressivité du chômeur et pourtant ce n’est pas totalement un dialogue de sourds… Les deux s’opposent mais parfois se confondent.

© Béatrice Logeais & Maison de la Poésie

Tony Harrison ne considère pas la poésie comme un art réservé à une élite. Il la rend accessible, publique. Il utilise, une forme un langage en prise directe avec le réel, proches de la rue pour traduire au plus près les chocs sociaux. On laisse de côté le naturalisme pour plonger dans la drame grec…
Guillaume Durieux, jeune comédien de grand talent s’empare de ce poème épique "à dire en musique et à très haute voix" avec une puissance et une subtilité de jeu réjouissantes. Il est dans la nuance, dans le contraste, dans la confidence ou dans le langue crue, d’une même efficacité. Il émane de sa longue silhouette , de sa gestuelle un rare charisme.
Le musicien Jean-Philippe Dary l’accompagne. Il accorde l’alexandrin au rythme du reggae ou à ceux du rock agressif.
L’un et l’autre fonctionnent en totale harmonie.
Francis Dubois

Maison de la poésie. Passage Molière
157, rue Saint-Martin 75 003 Paris
Réservations au 01 44 54 53 00 et [ Maison de la Poésie
Passage Molière, 157 rue Saint-Martin
75 003 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 44 54 53 14
www.maisondelapoesieparis.com
- >http://www.maisondelapoesieparis.com/]

"V" de Tony Harrison. Texte français de Jacques Darras. Mise en scène de Claude Guerre, directeur de la Maison de la Poésie.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ramram coucou »
    Pour dire bonjour en Inde, on peut dire Namasté, Salaam, Souna-souna mais aussi coucou. « Ramram coucou » offre aux enfants et à leurs parents un voyage en Inde en leur contant le Ramayana, une des... Lire la suite (Décembre 2008)
  • "Jacques et son maître" de Milan Kundera
    "Jacques et son maître" n’est pas une adaptation que Milan Kundera aurait faite de l’œuvre de Diderot. C’est une œuvre originale qu’il écrivit en hommage à Diderot tout de suite après l’invasion russe,... Lire la suite (Décembre 2008)
  • "Feux"
    Après avoir travaillé sur Strindberg, Sarah Kane "Anéantis" et Boulgakov "Adam et Eve", Daniel Jeanneteau et Marie-Christine Soma nous font découvrir un auteur allemand méconnu du début du XXème... Lire la suite (Décembre 2008)
  • "Coriolan" de Shakespeare
    Au moment où le peuple crie famine et réclame une justice, la guerre de l’envahisseur volsque contre Rome fait rage. Caïus Martius s’oppose à Tullus Aufidius qu’il bat à Corioles. C’est alors qu’il... Lire la suite (Décembre 2008)
  • "Blank, une clown au purgatoire"
    Dans un précédent spectacle "Dans le rouge", le premier d’une trilogie tirée de « La divine Comédie », Lucie Valon faisait traverser l’enfer à son clown Gaïa. Dans le deuxième volet, "Blank", qui se... Lire la suite (Décembre 2008)