Actualité théâtrale

au Théâtre de l’Apostrophe à Pontoise saison 2008-2009

Pour cette nouvelle saison, le théâtre de l’Apostrophe propose un programme varié avec des artistes venant d’horizons aussi divers que le théâtre, la danse, la musique sous toutes ses formes, et les arts plastiques.
On peut relever quelques-uns des spectacles proposés. Ainsi en octobre, on peut déguster la dernière création de Philippe Découflé « Sombreros », qui a déjà enchanté Chaillot, voir la mise en scène de Don Juan par Jean-Marie Villégier et sur la musique de Dave Brubeck, Nasser Martin-Gousset, artiste en résidence au théâtre présentera sa nouvelle chorégraphie « Comedy ». En novembre, Yves Beaunesne, lui aussi artiste en résidence, mettra en scène « Le canard sauvage », d’Ibsen avec Judith Henry. Autre point fort de novembre, la nuit du jazz, avec trois concerts, Rigolus, un collectif aux allures de fanfare déjantée, David Chevallier, un guitariste qui marie jazz et musique ancienne, ici les madrigaux de Gesualdo et enfin John Scofield qui a joué entre autres avec Miles Davis et Chick Corea.
En décembre c’est dans le monde de l’hôpital psychiatrique que nous entraîne Kliniken de Lars Norèn, mis en scène par J.L. Martinelli. Le musicien de jazz François Mechali, encore un artiste en résidence, proposera une exploration musicale de l’intimité des êtres où l’orchestre sera accompagné de textes dits par une comédienne.
En février Pippo del Bono, qui a joué à guichets fermés au Théâtre du Rond Point ces deux dernières années, présentera Questo Buio feroce, en italien surtitré.
En mars, Didier Bezace et Isabelle Sadoyan reprennent Conversations avec ma mère, ce dialogue entre une mère et son fils, qui parle de l’éloignement des générations, en proie à des soucis différents, mais aussi du maintien de la solidarité familiale en dépit des difficultés dans une société qui ne fonctionne plus bien. Toujours en mars, la Compagnie Maguy Marin reprend May B, une chorégraphie de 1981 qui a tant marqué les créations de danse contemporaine et présente aussi sa dernière création Umwelt. Enfin en avril et mai, l’Apostrophe concrétisera un projet déjà ancien, la création du « Barbier de Séville » de Rossini dans sa version française, avec des chanteurs professionnels et les élèves du Conservatoire de Cergy aux pupitres. La musique contemporaine n’est pas oubliée avec trois rendez-vous avec le violoniste et compositeur Dominique Pifarély, tout comme la chanson avec un concert d’Abd Al Malik. Quant à la musique classique on pourra en profiter avec la nuit des Concertos n° 2.
Cet aperçu permet de constater que le théâtre de l’Apostrophe n’est pas qu’une salle de spectacle qui accueille des pièces déjà rôdées ailleurs. Avec ses artistes en résidence, il développe des projets d’action locale, les artistes se déplaçant sur le terrain en direction en particulier des écoles et des jeunes tant pour le théâtre que pour la musique ou la danse. Ce théâtre cherche à impulser une véritable action culturelle sur le Val d’Oise. Micheline Rousselet

L’apostrophe/Théâtre des Louvrais
Place de la Paix, 95300 Pontoise
Réservations
(partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 34 20 14 25
www.lapostrophe.net

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)