Textes de référence : arrêté du 18 juin 2014 fixant les modalités de formation initiale de certains personnels enseignants et d’éducation de l’enseignement public stagiaires ; circulaire n° 2015-057 du 29 avril 2015, en particulier le paragraphe 2.d. qui précise la durée du service d’enseignement des stagiaires enseignants.

Quel temps de service ?

Le temps de service avec élèves sera variable selon le concours passé et l’expérience professionnelle antérieure acquise.

  • Psy-ÉN, la répartition entre les lieux de formation est variable selon les centres de formation : minimum 350 heures en centre de formation, 70 à 100 heures en INSPÉ et 14 semaines auprès d’un tuteur Psy-ÉN de la ­spécialité (EDA ou EDO).
    Attention, les heures d’enseignements effectuées en REP+, en cycle ­terminal général et technologique et en BTS sont pondérées :
  • En REP+, pour tous les professeurs : chaque heure compte pour 1,1.
  • En cycle terminal général et technologique, pour tous les professeurs hors EPS : chaque heure compte pour 1,1 dans la limite de 10 heures pondérées.
  • En BTS, pour tous les professeurs : chaque heure compte pour 1,25.

Le temps de service des stagiaires doit tenir compte de ces pondérations.

Le SNES-FSU, le SNEP-FSU, le SNUEP-FSU dénoncent le fait que des ­stagiaires soient à temps plein devant élèves. Quelle que soit l’expérience professionnelle passée, une année de formation avec décharge de service est indispensable pour permettre à tous d’avoir toutes les clefs pour faire face à la complexité de nos métiers. Par ailleurs, le retour au service à mi-temps pour les autres lauréats est une amélioration par rapport à la situation qui a existé de 2010 à 2014, mais reste encore une quotité trop élevée pour permettre de suivre dans de bonnes conditions la formation et avoir le temps d’accomplir les tâches associées à son service tout en ayant un retour réflexif sur sa pratique. Le SNES-FSU est attaché au fait que les Psy-ÉN soient considérés comme des personnels en formation et non affectés à mi-temps sur le terrain comme le souhaitaient certaines organisations syndicales.

Heure supplémentaire ?

Afin de ne pas alourdir leur charge de travail et de pouvoir se former, les stagiaires n’ont pas vocation à effectuer des heures supplémentaires. Si aucun texte n’interdit formellement l’attribution d’heures supplémentaires, les circulaires ministérielles précisent en revanche : « L’objectif de l’année de stage étant de permettre aux stagiaires de se former, ils n’ont pas vocation à se voir confier des heures supplémentaires ».

En cas de pondération des heures d’enseignement, ces pondérations doivent être incluses dans le décompte du maximum de service. Par exemple, un professeur certifié stagiaire exerçant 9 heures en classe de Première ou de Terminale, bénéficiant donc de la pondération (1,1) des heures effectuées en cycle terminal, verra son service décompté ainsi : 9 heures (cours) + 0,9 (pondération de ces 9 heures) = 9,9 heures. On ne peut lui imposer une 10e heure de cours (voir circulaire n° 2015-057 du 29 avril 2015).

Les Psy-ÉN n’ont pas d’heure supplémentaire.

Le SNES-FSU, le SNEP-FSU, le SNUEP-FSU combattent toute attribution d’heures supplémentaires aux stagiaires. Contactez votre section académique, afin que les militants vous accompagnent en cas de difficultés.

Temps partiel ?

Les stagiaires à mi-temps ne peuvent pas bénéficier d’un temps partiel.

Seuls les stagiaires à temps plein ont cette possibilité. Le stage doit durer un an équivalent temps plein, il est donc prolongé le temps nécessaire (exemple : si le stagiaire prend un mi-temps, alors son stage durera deux ans).

Combien de niveaux ?

Il faut « éviter » plus de deux niveaux d’enseignement. Cette recommandation est difficile voire impossible à mettre en œuvre pour les stagiaires à temps plein, et difficile dans de nombreuses disciplines où les horaires des élèves sont faibles. C’est pourquoi le ministère s’est bien gardé d’interdire de donner plus de deux niveaux aux stagiaires et recommande juste de l’« éviter ».

Quelle formation ?

Pour qui ?

D’après la note de service 2016-070, fiche n° 10, les stagiaires qualifiés pour enseigner dans les pays de l’UE et en partenariat avec la CE, ainsi que les enseignants titulaires du second degré peuvent être dispensés de tout ou partie de la formation.

Tous les autres, qu’ils soient à temps plein ou mi-temps, bénéficieront d’une formation dont le contenu et le volume horaire seront déterminés par une commission académique selon le profil du stagiaire.

La période d’accueil

De préférence « pendant la semaine précédant la rentrée scolaire » donc fin août mais « sur la base du volontariat » puisque le ministère ne peut l’imposer, les stagiaires étant nommés au 1er septembre (sauf à La Réunion). Ainsi, toute formation ayant lieu avant le 1er septembre ne peut-être que du volontariat, ce qui signifie aussi qu’elle n’est pas rémunérée. En revanche, grâce à l’action syndicale, les stagiaires sont protégés en cas d’accident. L’objectif est « la présentation des enjeux de l’année de stage, des conditions de son déroulement ainsi que l’environnement professionnel dans lequel il aura lieu ».

Les Psy-ÉN stagiaires font leur rentrée en centre de formation au 1er septembre.

Le SNES-FSU, le SNEP-FSU et le SNUEP-FSU dénoncent l’absence de rémunération des stagiaires pendant cette période d’accueil.

Le tutorat

La formation doit s’accompagner d’un tutorat, c’est-à-dire, du suivi personnalisé de chaque stagiaire par un tuteur « de terrain » et parfois également un tuteur de l’INSPÉ.

  • Le tuteur « de terrain » : un rôle immense bien difficile à remplir

Choisi par l’Inspecteur car « expérimenté, reconnu pour ses compétences didactiques et pédagogiques, son engagement dans le système éducatif », il est théoriquement volontaire, même si parfois l’IPR fait fortement pression sur les collègues. Parfois le tuteur n’a même pas été consulté et découvre le jour de la rentrée qu’il est tuteur ! Il exerce la plupart du temps dans votre établissement.

Sa tâche est déterminante pour vous mais pourtant il ne bénéficie que d’une journée d’information en début d’année pour présenter les grilles d’évaluation des compétences et une autre en cours d’année pour faire le bilan. Ses missions : participer à votre accueil avant la rentrée, aider à votre prise de fonction, à la conception de vos séquences d’enseignement, à la prise en charge de vos classes, vous apporter tout au long de l’année conseils et assistance, vous accueillir dans ses classes et aller vous observer dans les vôtres, vous aider à exprimer vos besoins de formation. Le tuteur n’est pourtant pas déchargé pour assurer cette vaste mission et pire, a vu sa rémunération diminuer de 37 % passant de 2 000 à 1 250 euros depuis la rentrée 2014.

  • Le tuteur de l’INSPÉ

Il suit le stagiaire dans son parcours de formation et permet, en collaboration avec le tuteur de terrain, de faire le lien entre la pratique et les formations.

Le rôle du chef d’établissement

Dans les textes officiels, il n’a plus de rôle dans la formation des stagiaires affectés dans son établissement. En revanche, il émet un avis sur leur titularisation.

Le rôle du directeur de CIO

Le directeur de CIO contribue à la formation du stagiaire et veille à son intégration dans l’équipe des Psy-ÉN durant les périodes en CIO.

La formation théorique

Comme pour le temps de service, la formation sera très variable selon les lauréats.

  • Pour les lauréats qui doivent valider un M2 pendant l’année de stage

Leur formation sera dispensée au sein du M2 MEEF qu’ils devront valider pour être titularisés.

Le ministère de l’Éducation nationale a lancé en 2019 un grand chantier de réforme, avec l’intention avouée de reprendre en main la formation des enseignants pour l’adapter davantage aux besoins de l’employeur. Deux textes concernent le Master MEEF, mais ne s’appliqueront pas encore cette année : un arrêté réécrit cadrant le master, et un « référentiel de formation » qui n’existait pas jusqu’à présent. Il est difficile de savoir si l’esprit de ces nouveaux textes modifiera dès cette année la formation en M2. Le nouvel arrêté devrait donner à l’évaluation du stage un poids important dans la validation du M2 (30 points sur 60, au lieu d’au moins 20 actuellement). C’est conforme à ce que le stage exige effectivement, puisqu’il correspond à un mi-temps, ce qui est très lourd. Les syndicats de la FSU du premier et du second degré, ainsi que du supérieur, ne cessent de le dénoncer : il ne reste guère de temps pour prendre du recul sur sa propre pratique et intégrer les autres éléments de formation (ce que la rédaction du mémoire aurait dû permettre). Le référentiel de formation, auquel devront se conformer les nouvelles maquettes de master MEEF, reprend largement le référentiel de compétences publié en 2013, sur lequel s’appuie votre évaluation en fin de stage. Très formaliste, le référentiel de formation semblait, dans ses premières moutures, bien exigeant, en plaçant très haut le niveau de maîtrise des compétences professionnelles attendu à la fin du M2. L’usage des technologies numériques fait l’objet de préconisations répétées, sans véritable réflexion pédagogique ou didactique.

Contactez nos sections académiques, consultez les pages dédiées à l’entrée dans le métier sur leurs sites (voir les adresses en fin de ce mémo) pour connaître l’organisation des formations dans votre académie d’affectation. Aspect positif, ces journées de formation seront l’occasion de retrouver d’autres stagiaires et de confronter vos situations : vous pourrez faire ce qui est si important dans l’apprentissage de nos métiers, mettre à distance votre pratique, prendre du recul. Profitez-en au maximum, pour échanger sur vos problèmes, hors du cadre hiérarchique, et n’hésitez pas à interpeller les formateurs et les IPR. Le référentiel de formation des psychologues est commun à tous les centres, mais force est de constater, après une année de fonctionnement, que les modalités ne sont pas identiques, pas plus que les contenus. Informez vos correspondants Psy-ÉN des problèmes rencontrés. Nos militants feront tout leur possible pour être également présents sur les lieux de formation pour vous soutenir et vous conseiller. ­Profitez-en également !
  • Pour les lauréats qui n’ont pas à valider de master pendant l’année de stage

Ils doivent bénéficier d’un parcours de formation adapté consistant à suivre certains modules du master 2 MEEF s’ils ne les ont pas déjà validés, des ­formations au sein d’autres masters, du Plan académique de formation (PAF) ou d’autres dispositifs (magister, conférences, formations hybrides…).

Les volumes horaires et contenus ne sont pas cadrés nationalement : il y a donc une grande disparité selon les académies.