Autour du Jazz

Jazz et musique écossaise ( ?)

« ceol mor/light & shade », Patrick MoLard

Je vous dois d’abord un aveu. Lorsque j’ai reçu cet album, « Ceol mor/light & shade », signé Patrick MoLard – rien à voir avec le crachat, plutôt avec le crachin -, joueur de cornemuse et spécialiste de la « grande musique » - traduction de ceol mor – écossaise, j’ai eu un mouvement de recul. Contrebalancé par la présence d’Hélène Labarrière à la contrebasse et Simon Goubert à la batterie. Le début du premier morceau n’a pas calmé mes inquiétudes.

Jazz : Ceol mor

Il faut dire que le seul joueur de cornemuse dans le jazz que je connaisse c’est Rufus Harley, natif de Philadelphie – aussi saxophoniste soprano -, que j’avais découvert un jour de juillet 1974 au festival d’Antibes/Juan-les-Pins avec Sonny Rollins. J’étais tombé sous le charme…

Mais un « vrai » joueur de cornemuse ? Je relie cet instrument avec les guerres coloniales des Britanniques au 19e siècle à travers les films dans lesquels on voit charger les troupes écossaises en kilt au son d’une rangée de joueurs de cornemuse…

J’avais tort. En écoutant cet album jusqu’au bout sans a priori, une musique sauvage apparaît, une musique qui franchit le mur du son lorsqu’elle se mêle, via les arrangements de Jacky MoLard (aussi violoniste), à la contrebasse et la batterie, aux saxophones de Yannick Jory, à la guitare de Eric Daniel, une musique qui fait bouger et qui arrive à toucher quelque chose en nous sans donner d’explication.

Ce serait une erreur de rater ce rendez-vous sans possibilité d’affirmer qu’il s’agit de jazz ou d’autre chose. Peu importe. La musique quand elle est belle n’a pas besoin de tenir dans une boîte… Lumière et ombre comme l’indique le titre, un ciel d’Écosse !

Nicolas Béniès.

« ceol mor/light & shade », Patrick MoLard, Innacor, distribué par l’autre distribution.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Au revoir, Fats Domino.
    « Fats » Domino, Antoine Dominique pour l’état civil, né le 26 février 1928 à la Nouvelle-Orléans nous quittés le 24 octobre 2017 après avoir résisté vaillamment à Katrina qui n’a pas eu raison ni de lui ni... Lire la suite (16 novembre)
  • « Strictly Strayhorn »
    Un trio, rien qu’un trio pour s’approprier les compositions de Billy Strayhorn, compagnon et alter ego du Duke à son entrée dans l’orchestre en 1938. Billy Strayhorn est un maître du spleen, une sorte... Lire la suite (15 novembre)
  • « Butter in my Brain », Claudia Solal/Benjamin Moussay
    « Butter in my Brain » est un titre qui ne peut qu’interroger. Fernand Raynaud aurait dit « C’est étudier pour », bien évidemment. Un titre original introduit à un monde bizarre, étrange, onirique. Si on... Lire la suite (6 novembre)
  • « Ben Webster, New York – Los Angeles, 1940 – 1962 »
    Qui écoute encore Benjamin Francis Webster ? Le saxophoniste ténor a d’abord appris le violon pour jouer du piano dès l’âge de 11 ans. Il nous reste un enregistrement qui ne nous dit rien de Ben... Lire la suite (4 novembre)
  • Mémoires vivantes
    Frémeaux et associés proposent un travail de mémoire - doublé du plaisir de l’écoute – à travers trois parutions récentes. « De Manhattan à Saint-Germain-des-Prés » fait traverser une décennie... Lire la suite (13 octobre)