Expositions, musées, arts plastiques...

jusqu’au 30 mars 2008

exposition "Animal" au Musée Dapper

Les traditions africaines, pour diverses qu’elles soient, s’accordent sur le fait qu’un Créateur aurait inventé les animaux avant les hommes et que ceux-ci tiendraient d’eux des règles de vie. Cette connivence de l’espèce humaine avec l’animalité n’est pas duelle mais fondée, selon Alfred Adler sur une « triade homme-animal-esprit » et leur l’interaction. Chasse, pêche, culture et élevage en seraient éminemment tributaires.
Le Musée Dapper présente 150 œuvres, statuettes, masques, parures, objets rituels, provenant de divers musées dans le monde et de collections particulières qui magnifient un vaste bestiaire, souvent lié à une représentation humaine et doté d’une force symbolique puissante et complexe. Les animaux sont liés aux hommes. Ce peut être un animal- totem rattaché à un événement survenu dans un passé lointain et ayant une dimension mythique. Ainsi chez les Gan du Burkina le serpent est signe d’alliance sacrée car la famille royale aurait été recueillie dans son antre par un python. Cette logique d’identification justifie des pratiques religieuses mais aussi l’organisation socio-économique. Les objets présentés sont liés à l’initiation, à la divination, à la magie, mais aussi à la thérapie. Pour exercer la sorcellerie ou la combattre, des individus sont capables de se transformer en animal et les objets qu’ils portent sont le symbole visuel de cette transformation. Mais les entités représentées, souvent, ne sont pas des hommes à tête de buffle ou d’oiseaux, mais des êtres à part entière qui ont leurs propres caractéristiques morphologiques. Il arrive aussi que certains individus, souvent des femmes, soient frappés de maladies dont la cause est attribuée à des esprits qui pénètrent leur corps. Le processus thérapeutique intègre alors un culte rendu aux esprits animaux responsables de ces désordres et les officiants utilisent les traces laissées par des animaux ou des statuettes à l’effigie de ces animaux. Certaines sculptures doivent leur force symbolique à l’ajout de substances animales (griffes de léopard, serres de rapaces, etc.) destinées à protéger la communauté ou assurer la fécondité des femmes ainsi qu’en témoigne une statue nkishi de République démocratique du Congo. Comme pour toutes ses expositions, le Musée Dapper présente des petits cartels synthétiques qui replacent l’objet dans sa fonction, tout en assurant une présentation des œuvres qui magnifie leur beauté avec un éclairage qui souligne leur aspect magique (auquel même les enfants sont sensibles). Dans une première salle le Musée présente des sculptures de paille tressée et agrafée de l’artiste martiniquaise Julie Bessard. Suspendues telles des chrysalides abandonnées dans la lumière, leur ombre déployée, mouvante comme agitée par des courants d’air anime les murs et le sol. Des animaux jamais identifiables apparaissent sans se montrer et font appel à notre imaginaire. Ils renvoient aux « esprits » de la triade homme-animal-esprit évoquée par Alfred Adler. Micheline Rousselet

Musée Dapper
35 bis rue Paul Valéry, 75116 Paris
01 45 00 91 75
Ouvert tous les jours de 11h à 19h sauf le mardi
Le musée propose aussi des spectacles jeune public, un ciné-club Afrique, de la musique, de la danse et des conférences-débats… La programmation et de nombreuses autres informations sur ce musée sont accessibles sur son site].
Entrée exposition Animal : 6 €. Demi-tarif pour enseignants, étudiants…
Gratuit pour moins de 18 ans, étudiants en arts plastiques, en histoire de l’art et en ethnologie, et pour tous le dernier mercredi du mois.
Une librairie est en accès libre : très performante avec une grande diversité d’ouvrages sur l’Afrique et les différentes cultures, des livres contre le racisme, un espace enfants… elle présente tous les ouvrages publiés par les Editions Dapper et permet aussi d’acquérir quelques petites créations artistiques (bijoux et parures). Elle côtoie un agréable espace de dégustation, le "café Dapper" ouvert du mercredi au dimanche de 11h30 à 18h15.
Philippe Laville

Autres articles de la rubrique Expositions, musées, arts plastiques...

  • L’Afrique des routes
    Sous-titrée "Histoire de la circulation des hommes, des richesses et des idées à travers le continent africain", cette exposition a le grand mérite de mettre en évidence deux faits majeurs et... Lire la suite (Octobre 2017)
  • A different way to move
    Cette exposition, présentée dans le cadre des 40 ans du Centre Pompidou a pour objectif de mettre en relations le travail de chorégraphes et de performers américains des années 60 à 80 avec celui de... Lire la suite (Juillet 2017)
  • « Le Monde de Sławny - Varsovie, la Pologne, l’Europe des années cinquante »
    Władysław Sławny, né en 1907 à Nowy Korczyn en Pologne - mort en 1991 à Paris, est considéré comme le père du photojournalisme polonais. Les photos présentées proviennent des années 1951-1957, période... Lire la suite (Juillet 2017)
  • Heures italiennes
    Encadrant la très surprenante et belle cathédrale gothique, le MUDO -Musée de l’Oise, installé dans l’ancien palais épiscopal très bien restauré, et le Quadrilatère, centre culturel contemporain,... Lire la suite (Juin 2017)
  • "Tous, des sang-mêlés"
    Au Musée d’Art Contemporain du Val-de-Marne, deux expositions importantes se sont ouvertes au public simultanément le 22 avril. > L’exposition "Tous des sang-mêlés", avec un titre fort qui... Lire la suite (Mai 2017)