Vous devez rester à domicile et éviter les contacts, prévenez votre chef d’établissement qui doit suivre les recommandations indiquées sur la fiche ministérielle (que faire en cas de suspicion de Covid19). N’hésitez pas à contacter votre médecin si vous en ressentez le besoin et suivez la démarche administrative mise en place pour l’isolement et l’arrêt maladie dérogatoire (voir ci-dessous).

Démarche à suivre :
Connectez-vous sur le site https://declare.ameli.fr/

Choisissez une rubrique : «  service cas contact » ou « service isolement ».

« Initialisez » votre demande pour obtenir un récépissé justifiant votre isolement.

Envoyez immédiatement ce récépissé à votre chef d’établissement ou de service pour être placé en autorisation spéciale d’absence. En fonction des situations locales, il peut être utile de demander l’envoi par mail d’une attestation d’exercice, pour pouvoir bénéficier d’une priorité de traitement du test PCR.

Faites-vous tester :
Si vous êtes symptomatique, la direction générale de la Fonction publique a fixé un délais de deux jours pour réaliser ce test (test RT-PCR ou antigénique).
Conseil : gardez tous les documents pouvant attester de vos démarches.

Soyez extrêmement vigilants à ne pas être placé en arrêt maladie alors que rien n’indique (encore) que vous êtes effectivement malade, d’autant plus que ce recours au congé maladie serait alors pénalisant : décompte de jours indus dans le nombre total de jours de congés maladie.

Une fois le résultat du test obtenu, poursuivez votre démarche sur le site de l’assurance maladie et enregistrez le résultat du test.
–>Si le test est négatif la période d’isolement prend fin et vous devez retourner travailler dans votre service ou votre établissement (sauf si la pathologie autre que covid vous empêche effectivement de travailler ; il faut alors suivre la démarche ordinaire et fournir à votre employeur un arrêt maladie obtenu auprès de votre médecin )
–>Si le test est positif, le site de l’assurance maladie vous permet d’éditer un arrêt maladie dérogatoire qui n’est pas soumis au jour de carence (pour les congés pris entre le 10 janvier et le 31 mars, jusqu’à publication d’un nouveau texte).

Remarque : si un numéro de SIRET vous est demandé à un moment de votre démarche, celui-ci figure sur votre buletin de paie.

Ces démarches administratives en vue d’obtenir un certificat dérogatoire suspendant le jour de carence ne se substituent pas à la consultation d’un médecin, notamment en cas de symptômes.

Vos questions
Le Snes défend les droits individuels et collectifs. Vos représentants vous répondent, vous conseillent et vous accompagnent.
Accès à la FAQ

Vous ne trouvez pas votre réponse, posez-nous votre question