Vous êtes placé en arrêt maladie par votre médecin, vous ne pouvez revenir dans l’établissement qu’à la fin de votre arrêt de travail. Attention, il faut produire un arrêt maladie dérogatoire pour ne pas être pénalisé financièrement par le jour de carence.
En cas de contamination avérée sur le lieu de travail, le SNES-FSU exige que l’imputabilité au service soit reconnu.

Le gouvernement a en effet suspendu à nouveau le (ou les) jours de carence, mais uniquement pour la contamination au coronavirus, pour les arrêts qui auront été déclenchés entre le 10 janvier et le 31 mars. La ministre de la Fonction publique a pris l’engagement que cette mesure serait prorogée si nécessaire.

Mais pour bénéficier de cette suspension du jour de carence, il faut entreprendre une démarche spécifique.

Pour être en arrêt maladie Covid sans prélèvement d’un jour de carence il faut obtenir un arrêt maladie dérogatoire en se connectant sur le site https://declare.ameli.fr/ et en suivant la procédure d’isolement et de test.

Vous devez avoir ouvert un dossier dès la programmation d’un test puis finaliser votre demande pour obtenir l’arrêt dérogatoire dispensant du jour de carence.
Lorsque le test est positif, le site de l’assurance maladie vous permet d’éditer un arrêt maladie dérogatoire qui n’est pas soumis au jour de carence (pour les congés pris entre le 10 janvier et le 31 mars, jusqu’à publication d’un nouveau texte).

Remarque : si un numéro de SIRET vous est demandé à un moment de votre démarche, celui-ci figure sur votre buletin de paie.
Ces démarches administratives en vue d’obtenir un certificat dérogatoire suspendant le jour de carence ne se substituent pas à la consultation d’un médecin, notamment en cas de symptômes.

Jour de carence, arrêt maladie, les revendications du SNES et de la FSU
Le SNES-FSU demandait depuis des mois a minima cette suspension pour favoriser l’isolement des personnes atteintes de la Covid, même asymptômatiques, sans quelles soient injustement pénalisées financièrement.
Cette mesure est indispensable, même si parallèlement le SNES, avec la FSU demande la suppression du jour de carence pour tous les congés maladie : un dispositif injuste et stigmatisant qui revient à sanctionner financièrement un agent malade.

Pour le SNES et la FSU, cette mesure est aussi insuffisante car pour l’instant limitée dans le temps (jusqu’au 31 mars) et n’a elle pas été accompagnée d’une suspension du décompte des arrêts maladie covid dans les droits à congé maladie ordinaire (CMO) à traitement plein (90 jours sur 12 mois). La ministre de la Fonction publique a rejeté l’amendement de la FSU qui aurait permis cette suspension du décompte des CMO alors que pour les salariés du privé les congés maladie covid ne sont pas décomptés de leurs droits à congés maladie indemnisés.