Si un ou plusieurs de vos proches vivant avec vous est concerné par un des 12 critères de vulnérabilité définis par le décret du 10 novembre 2020, contactez immédiatement votre direction pour demander à être placé en travail à distance.

Dans un contexte de deuxième vague plus dure que la première, il est indispensable de faire valoir l’impératif de protection de vos proches. Le Snes, avec la FSU, intervient régulièrement auprès du Ministère pour que la situation des proches des personnes vulnérables soit précisée. Dans l’attente de ces clarifications :
Contactez votre chef d’établissement ainsi :
* rappelez votre situation et joignez tout document qui pourrait l’appuyer : certificat d’isolement du printemps dernier, certificat médical, description de votre situation, tout en respectant le secret médical.
* demandez à être placé en travail à distance, ou si besoin en ASA (autorisation spéciale d’absence = congé), en rappelant la situation du printemps dernier : vous étiez en travail à distance pendant le déconfinement, dans une situation plus grave (reconfinement), vous devez l’être également.

En cas d’absence de réponse ou de refus écrit de votre chef d’établissement, vous êtes tenus de vous rendre dans votre établissement.
Demandez immédiatement un aménagement de poste, sous la forme d’une protection accrue (masques plus protecteurs, salle régulièrement désinfectée etc). Demandez à bénéficier des protections renforcées qui ont été définies par le nouveau décret du 10 novembre. Voir le détail ci-dessous.
Ne restez pas isolé et contactez immédiatement votre section académique pour des conseils précis en lien avec votre situation.
Nous continuons d’intervenir pour obtenir des mesures protectrices claires pour les collègues concernées.

Les mesures de protections renforcées actuellement en vigueur :
– L’isolement du poste de travail, notamment par la mise à disposition d’un bureau individuel ou, à défaut, son aménagement, pour limiter au maximum le risque d’exposition, en particulier par l’adaptation des horaires ou la mise en place de protections matérielles ;
– Le respect, sur le lieu de travail et en tout lieu fréquenté par la personne à l’occasion de son activité professionnelle, de gestes barrières renforcés : hygiène des mains renforcée, port systématique d’un masque de type chirurgical lorsque la distanciation physique ne peut être respectée ou en milieu clos, avec changement de ce masque au moins toutes les quatre heures et avant ce délai s’il est mouillé ou humide ;
– L’absence ou la limitation du partage du poste de travail ;
– Le nettoyage et la désinfection du poste de travail et des surfaces touchées par la personne au moins en début et en n de poste, en particulier lorsque ce poste est partagé ;
– Une adaptation des horaires d’arrivée et de départ et des éventuels autres déplacements professionnels, compte tenu des moyens de transport utilisés par la personne, afin d’y éviter les heures d’affluence ;
– La mise à disposition par l’employeur de masques de type chirurgical en nombre suffisant pour couvrir les trajets entre le domicile et le lieu de travail lorsque la personne recourt à des moyens de transport collectifs

Vos questions
Le Snes défend les droits individuels et collectifs. Vos représentants vous répondent, vous conseillent et vous accompagnent.
Accès à la FAQ

Vous ne trouvez pas votre réponse, posez-nous votre question