Actualité théâtrale

mai 68 sur scène "Agnès 68", à Chartres, Avignon...

Une nouvelle création de Jacques Kraemer, en résonance avec mai 68, convoquant "l’historique et l’intime, le biographique et l’imagination", est présentée à Chartres jusqu’au 31 mai (1) puis au Festival d’Avignon (2) du 10 juillet au 1er août.
En 1968, Jacques Kraemer dirige le Théâtre Populaire de Lorraine (TPL) qu’il a fondé à Metz en 1963, sous l’égide de Bertolt Brecht et de Jean Vilar, en militant pour que le théâtre ne soit plus "un art mort n’apportant qu’illusion ou évasion, mais un art de chair et de sang puisant sa vie dans la vie des passions, des misères et des espérances des hommes". Pendant 20 ans, tout en portant le théâtre dans les plus petites villes de Lorraine, il donnera aussi au TPL une renommée nationale, en particulier avec la création de ses propres textes comme "Splendeur et Misère de Minette la Bonne Lorraine" inaugurant dès 1969 une nouvelle forme d’expression théâtrale.
Plus récemment, nous avons souligné la qualité de plusieurs de ses créations, avec ses textes comme "Le Home Yid" (voir notre article), ou ceux d’autres auteurs comme "Agatha" (voir notre article) de Marguerite Duras (3), alors qu’il dirigeait le Théâtre de Chartres (de 93 à 2005) puis seulement sa compagnie.

C’est toujours à Chartres qu’il crée ce mois-ci un nouveau spectacle évoquant mai 68, et indirectement les aventures de sa compagnie qui était alors en tournée et réalisa deux spectacles d’intervention joués alors dans des usines occupées.
Dans "Agnès 68", une troupe est en tournée avec "L’école des femmes" de Molière. Le metteur en scène / acteur incarnant Antonin est amoureux de la jeune actrice interprétant Agnès, qui est aussi fougueusement courtisée par le jeune comédien jouant Horace. Aux rivalités amoureuses s’ajoutent affrontements politiques entre inclinations plutôt communistes et débordements gauchistes du moment, questionnant avec passion tout à la fois le mouvement et sa portée, le Théâtre et la Révolution, le sexe, l’amour, l’aliénation, la libération…
Philippe Laville

(c)Jean-JulienKraemer


1 - Au Studio des Epars. Tarif préférentiel aux adhérents du Snes (8€). Réservations : 02 37 28 28 20
2 - En Festival Off, au Théâtre du Balcon (réservations : 04 90 85 00 80)
3 - Créée en 2005, "Agatha" est de nouveau en tournée : 30 avril à Lunel (20h30, salle Brassens), 6 mai à Oloron-Ste-Marie (21h, Espace Jéliote 05 59 39 98 68), 16 mai à Amboise (20h30, Théâtre Beaumarchais, 02 47 23 47 34), 20 mai à Coye-la-Forêt (21h, Festival Théâtral – Centre Culturel, 03 44 58 52 39)

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Inflammation du verbe vivre »
    Alors que Wajdi Mouawad, le directeur de La Colline, avait souhaité se lancer dans une entreprise fleuve, mettre en scène les sept pièces de Sophocle qui nous sont parvenues, le poète auquel il... Lire la suite (14 novembre)
  • « Il y aura la jeunesse d’aimer »
    Le couple que formèrent Louis Aragon et Elsa Triolet, unis par l’amour et l’engagement politique, est devenu emblématique. Didier Bezace s’est associé à Bernard Vasseur, directeur du Moulin de... Lire la suite (11 novembre)
  • « Dans la luge d’Arthur Schopenhauer »
    Yasmina Reza résume son texte en disant qu’il s’agit « de quatre brefs passages en revue de l’existence par des voix différentes et paradoxales, ou encore d’une variation sur la solitude humaine et des... Lire la suite (9 novembre)
  • « Après la répétition »
    On sait la puissance des liens qui unissent souvent un metteur en scène et ses comédiennes. En cherchant comment jouer la séduction, la naissance de l’amour, la passion, la lassitude qui s’installe,... Lire la suite (2 novembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (1er novembre)