Actualité théâtrale

mai 68 sur scène "Agnès 68", à Chartres, Avignon...

Une nouvelle création de Jacques Kraemer, en résonance avec mai 68, convoquant "l’historique et l’intime, le biographique et l’imagination", est présentée à Chartres jusqu’au 31 mai (1) puis au Festival d’Avignon (2) du 10 juillet au 1er août.
En 1968, Jacques Kraemer dirige le Théâtre Populaire de Lorraine (TPL) qu’il a fondé à Metz en 1963, sous l’égide de Bertolt Brecht et de Jean Vilar, en militant pour que le théâtre ne soit plus "un art mort n’apportant qu’illusion ou évasion, mais un art de chair et de sang puisant sa vie dans la vie des passions, des misères et des espérances des hommes". Pendant 20 ans, tout en portant le théâtre dans les plus petites villes de Lorraine, il donnera aussi au TPL une renommée nationale, en particulier avec la création de ses propres textes comme "Splendeur et Misère de Minette la Bonne Lorraine" inaugurant dès 1969 une nouvelle forme d’expression théâtrale.
Plus récemment, nous avons souligné la qualité de plusieurs de ses créations, avec ses textes comme "Le Home Yid" (voir notre article), ou ceux d’autres auteurs comme "Agatha" (voir notre article) de Marguerite Duras (3), alors qu’il dirigeait le Théâtre de Chartres (de 93 à 2005) puis seulement sa compagnie.

C’est toujours à Chartres qu’il crée ce mois-ci un nouveau spectacle évoquant mai 68, et indirectement les aventures de sa compagnie qui était alors en tournée et réalisa deux spectacles d’intervention joués alors dans des usines occupées.
Dans "Agnès 68", une troupe est en tournée avec "L’école des femmes" de Molière. Le metteur en scène / acteur incarnant Antonin est amoureux de la jeune actrice interprétant Agnès, qui est aussi fougueusement courtisée par le jeune comédien jouant Horace. Aux rivalités amoureuses s’ajoutent affrontements politiques entre inclinations plutôt communistes et débordements gauchistes du moment, questionnant avec passion tout à la fois le mouvement et sa portée, le Théâtre et la Révolution, le sexe, l’amour, l’aliénation, la libération…
Philippe Laville

(c)Jean-JulienKraemer


1 - Au Studio des Epars. Tarif préférentiel aux adhérents du Snes (8€). Réservations : 02 37 28 28 20
2 - En Festival Off, au Théâtre du Balcon (réservations : 04 90 85 00 80)
3 - Créée en 2005, "Agatha" est de nouveau en tournée : 30 avril à Lunel (20h30, salle Brassens), 6 mai à Oloron-Ste-Marie (21h, Espace Jéliote 05 59 39 98 68), 16 mai à Amboise (20h30, Théâtre Beaumarchais, 02 47 23 47 34), 20 mai à Coye-la-Forêt (21h, Festival Théâtral – Centre Culturel, 03 44 58 52 39)

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le paradoxe des jumeaux » de Jean-Louis Bauer et Elisabeth Bouchaud.
    Après la mort de Pierre Curie, Marie Curie va poursuivre seule et avec la même détermination ses recherches sur la radioactivité avant de faire des découvertes majeures sur le radium et le polonium.... Lire la suite (22 novembre)
  • « Price »
    Dans une petite ville américaine, où l’industrie décline tandis que la pollution et le chômage augmentent, Dany, qui vient de terminer le lycée, s’interroge sur son avenir, tout comme ses copains Larry... Lire la suite (22 novembre)
  • « Carnet de notes »
    Ils sont sept, quatre filles et trois garçons, sans oublier quelques instruments de musique, et l’on s’embarque avec eux pour un voyage dans l’école, de la primaire au lycée. Avec eux on est élève,... Lire la suite (21 novembre)
  • « Le soliloque de Grimm »
    Une tente quechua passablement déglinguée, un fauteuil défoncé d’où déborde le crin, une radio, un jerrycan, une vieille affiche de théâtre, une chaise percée pour SDF du vingt-et-unième siècle, une... Lire la suite (21 novembre)
  • « Ça va ? » de Jean-Claude Grumberg.
    Rien de plus anodin que la première question qu’on pose machinalement à la personne de sa connaissance qu’on croise : « ça va ? ». Une question qui à priori, ne porte pas à conséquence puisque le plus... Lire la suite (18 novembre)