US 782 du 27 octobre 2018

#snesleaks : Demandez le programme !

En dévoilant les projets de programmes, le SNES-FSU a mis le doigt là où ça fait mal.

Le SNES-FSU a publié, en exclusivité, dès le 9 octobre les projets de programmes du lycée (https://www.snes.edu/Projets-de-programmes-du-lycee-lever-le-voile.html). Certains auraient sans-doute préféré la poursuite du travail en catimini du Conseil supérieur des programmes (CSP).

Ce fonctionnement secret est pourtant à l’opposé de ce que prévoit le CSP dans sa charte des programmes : « les enseignants et tous les acteurs de l’éducation doivent être pleinement associés à des procédures transparentes d’élaboration des programmes, avoir connaissance des motifs des choix effectués comme des perspectives d’évolution des programmes ».

Accusations et « infox »

Dans un communiqué, le SNALC a qualifié la mise en ligne des projets de « frauduleuse », masquant mal sa volonté de travailler seul avec le CSP sans communication avec la profession, et raccord avec le terme « infox » utilisé par le ministre sur France Inter.

Le CSP, après avoir interdit tout travail interne par voie numérique, s’est fendu d’un communiqué, véritable diatribe contre certaines associations disciplinaires et organisations syndicales qui auraient diffusé « des documents falsifiés ». Outre l’emploi inapproprié du terme « falsifié » - puisque les documents incriminés sont bien des projets qui émanent du CSP - ce communiqué témoigne des tensions et problèmes suscités par le fonctionnement actuel du CSP, largement relayés par la presse et les réseaux sociaux. En réponse, le SNES-FSU a dénoncé le travail opaque du CSP, sa volonté de confisquer le débat et d’imposer des contenus et pratiques pédagogiques contre la profession. L’objectif serait-il de passer en force et de ne pas laisser le temps aux professeurs de réfléchir et de s’exprimer ?

Pour un débat démocratique

Compte tenu de l’importance du sujet pour le quotidien professionnel des professeurs, le SNES-FSU, attaché au dialogue et à un débat démocratique, estime légitime d’informer les collègues des projets de programmes en cours d’élaboration. Il a mis en ligne ses premières réflexions : https://www.snes.edu/Projets-de-programmes-premieres-analyses-du-SNES-FSU.html. Français, mathématiques, histoire-géographie, EMC, langues vivantes, SES… plusieurs programmes sont clairement « sous influences réac » avec parfois une volonté de prescrire des pratiques pédagogiques. Certains sont très lourds, voire élitistes, et semblent destinés aux seuls élèves censés poursuivre des études supérieures, sans réelle volonté de démocratisation.

Le SNES-FSU est consulté par le ministère sur ces textes dans le cadre de réunions multilatérales avec les organisations syndicales représentatives entre le 5 et le 14 novembre. Merci d’envoyer vos réflexions à contenus@snes.edu, et de renseigner l’enquête syndicale en ligne courant novembre : votre participation est importante pour permettre au SNES-FSU de faire évoluer les projets jusqu’au Conseil supérieur de l’éducation de décembre.

Sandrine Charrier

Autres articles de la rubrique US 782 du 27 octobre 2018

  • Bac Blanquer : exigeons une remise à plat !
    En réponse aux récentes déclarations ministérielles sur la place supposément revalorisée du latin et du grec, le SNES-FSU a écrit au ministre le 18 octobre pour rappeler que toutes les options sont... Lire la suite (7 novembre)
  • Spécialités : le piège
    La réforme et les nouveaux programmes sont officiellement présentés comme la garantie d’une poursuite d’études choisies pour tous les lycéens. Ils enferment pourtant davantage qu’ils ne libèrent. Dès... Lire la suite (7 novembre)
  • Prof principal : l’inflation des tâches
    Plus d’un mois après la rentrée, la circulaire sur le rôle du professeur principal dans les collèges et les lycées est enfin publiée. Ce texte précise ce que peuvent être les missions des professeurs... Lire la suite (7 novembre)
  • Certification Cambridge : vers la généralisation ?
    Le ministère vient d’acter en catimini de nouvelles règles pour la passation de la certification en anglais. Le dispositif actuel destiné aux classes de Seconde Euro est dès maintenant supprimé. Les... Lire la suite (7 novembre)