La FSU, fédération à laquelle appartient le SNES, est à nouveau intervenue lundi 13 décembre auprès du Ministère à propos de la situation des Étudiants contractuels alternants.

Elle l’avait déjà saisi le 15 septembre dernier pour demander que ces étudiants soient défrayés de leurs déplacements vers l’établissement d’exercice, celui-ci étant considéré comme un lieu de formation.

Le Ministre Jean-Michel Blanquer s’exclamait au Sénat la semaine dernière qu’on ne le prendrait « jamais en défaut » sur son soutien aux professeurs, mettant en avant ses « mesures concrètes […] sur le plan financier ». Combien de temps lui faudra-t-il pour prendre en considération les conditions réelles d’exercice des étudiants de M2 MEEF en alternance en souffrance ?

Le Ministère ne montre pas plus d’empressement à régler la situation des AED en préprofessionnalisation. Ceux qui ont été recrutés lors de l’inauguration du dispositif, en septembre 2019, sont en effet cette année en première année de master MEEF. Avec la réforme des concours externes du CAPES, du CAPET et du concours CPE, qui entre en vigueur en 2022, ils ne pourront passer le concours que l’année prochaine, à la session 2023. Les dispositions réglementaires actuelles ne permettent cependant pas de prolonger leur contrat au-delà.

Le décret modifiant le décret n°2003-484 du 6 juin 2003, qui avait pourtant été présenté en Comité Technique Ministériel le 12 juillet 2021, n’a pas encore été publié. La FSU, dont les syndicats sont déjà intervenus à plusieurs reprises auprès du Ministère à ce propos, a rappelé au Ministre qu’il était indispensable que les AED en M1 soient d’ores et déjà avertis des possibilités de prolongation de leur contrat l’an prochain, et des conditions qui leur seront proposées afin se s’assurer un vivier de candidats.