Après les mobilisations initiées par la FSU, le ministère concède une avancée significative en instaurant une grille à avancement automatique. Mais l'ensemble du dispositif est bien loin de répondre aux revendications des AESH.
Le ministère a organisé un point sanitaire le 8 juillet. Protocoles sanitaires, tests, vaccinations, enjeux pédagogiques, beaucoup de questions et encore peu de réponses !
Nos organisations réaffirment leur attachement à un baccalauréat national, avec des épreuves nationales, terminales et anonymes, seule organisation des examens gage d’égalité entre les élèves
Dans la circulaire de rentrée 2021, JM Blanquer déclare « conforter la promotion des langues et cultures de l'Antiquité en ouvrant l'option français et culture antique en 6e, notamment dans les collèges les plus défavorisés ». Mais ce nouvel enseignement, mis en vitrine par le Ministre, est non seulement loin d'être ouvert mais demeure entouré d'un flou absolu.
Le ministère a enfin ouvert des discussions sur le temps de travail et les rémunérations des AESH. Nous avons obtenu un avancement automatique, mais la grille proposée ne répond absolument pas à l'exigence de revalorisation des AESH.
Du 17 mai au 3 juin 2021, les adhérents ont élu la direction nationale du SNES-FSU pour le prochain mandat de trois ans. La CAN (commission administrative nationale) est composée de 150 adhérents représentant toutes les sections académiques, 75 titulaires et 75 suppléants, dont les secrétaires de catégories.
Les dernières années de quinquennat apaisent souvent la frénésie réformatrice. Avec J.-M. Blanquer, il n’en est rien. Au contraire, plein gaz dans la dernière ligne droite !
Au programme : un dossier sur les associations face à la crise sanitaire, des réflexions sur la loi de 1905, EREA, la vie à l'internat, les 10 ans du printemps arabe, des questions sur le vote, le télétravail et bien d’autres choses à découvrir dans ce nouveau numéro.
Ce dossier vise à répondre à des questions liées aux associations. Ces dernières se retrouvent confrontées à une diminution du volume des subventions publiques. Elles sont de plus en plus contraintes de développer des ressources propres, ce qui oblige certaines à s’insérer davantage dans l’économie marchande.
Les effectifs des filières technologiques STI2D et STL et ceux de la spécialité SSI sont très en deçà des prévisions de février 2021. Les conséquences sont prévisibles : suppressions de groupes, intensification du mixage d'élèves de différentes filières technologiques dans les disciplines du tronc commun, sans tenir compte des spécificités des publics et des apprentissages.
Le Ministère avait occulté l'examen du Brevet des collèges au moment de prononcer certains aménagements d'épreuves pour la session de juin 2021, comme le dénonçait le SNES-FSU, fin mai. Mais comment se douter que le déni des perturbations liées à la situation sanitaire irait aussi loin ?
Le ministre Blanquer achève le diplôme national du bac. Il "propose" (sic) aujourd'hui des "ajustements" qui pérennisent le contrôle continu et organisent les enseignements d'une manière toujours plus inégalitaire.
Jean-Michel Blanquer s’est souvent autoproclamé plus grand défenseur des épreuves terminales. Il restera en réalité comme le ministre qui a enterré la promesse républicaine d’un baccalauréat national et terminal, préférant instrumentaliser la crise sanitaire pour imposer à marche forcée un baccalauréat de plus en plus local.
Mise à jour 25 juin - Français, grand oral, philosophie, c'est le crash du Bac Blanquer ! Florilège des témoignages des collègues sur les conditions de déroulement des épreuves et les conditions de correction.
ImprimerPartager