Les témoignages se succèdent pour montrer que la sécurité sanitaire n’est pas respectée dans les collèges et lycées : le protocole sanitaire soi disant renforcé ne permet en aucun cas de faire respecter la distanciation et d’éviter le brassage. Les photos partagées par les collègues sur les réseaux sociaux avec le #BalanceTonProtocole parlent d’elles-mêmes. Continuez à témoignez : partagez, envoyez vos photos !

Il y a urgence à renforcer le protocole sanitaire, afin de protéger les élèves, les personnels et leurs familles et éviter la fermeture des établissements scolaires.

Poursuivre la mobilisation pour améliorer les conditions de sécurité sanitaire

Le SNES-FSU appelle à poursuivre les actions menées localement pour obtenir un renforcement du protocole sanitaire. Il propose aussi une grève sanitaire le mardi 10 novembre

Le Snes-FSU a déposé un préavis de grève pour la semaine de 2 au 7 novembre et du 9 au 13 novembre

Il appelle à faire connaître la réalité de la situation sanitaire locale (témoignages, photos) avec le #BalanceTonProtocole sur les réseaux sociaux

Il appelle à agir localement pour imposer des conditions sanitaires renforcées : demi groupes, agents supplémentaires, réorganisation de la demi-pension etc. Interpellons les DASEN, Recteurs, les collectivités territoriales

Le Snes-FSU a proposé aux syndicats de l’Education de la FSU le principe d’une grève sanitaire le mardi 10 novembre : partout où les conditions sanitaires ne seraient pas réunies pour assurer la sécurité des personnels et des élèves, les personnels seront appelés à se mettre en grève. Cette proposition a aussi été faite à l’intersyndicale Education.

Voir aussi : alerte sanitaire, toutes et tous dans l’action !

Les demandes du SNES-FSU

  • le passage à un fonctionnement en demi-groupe, selon des modalités d’organisation à définir (alternance de semaines, de jours etc), sans recours au cumul présentiel/distanciel.
  • recrutements de personnels, d’AED mais aussi d’agents territoriaux (pour assurer un nettoyage et une désinfection des salles),
  • la réorganisation de la demi-pension pour limiter le brassage des élèves
  • de nouvelles modalités d’aération des salles, alors même que l’hiver rend l’ouverture des fenêtres plus problématique qu’à la rentrée.
  • des mesures adaptées pour les internats
  • la prise en compte de la situation des personnels vulnérables et de celles qui vivent avec des personnes vulnérables
  • Des mesures doivent aussi être prises sur le plan pédagogique parmi lesquelles l’aménagement des programmes et un nouveau calendrier du bac (report des EC1 et des épreuves de spécialité en juin). Le jour de carence doit être suspendu immédiatement : il est inacceptable que les personnels payent le prix d’être malade !
Vos questions
Accès à la FAQ

Vous ne trouvez pas votre réponse, posez-nous votre question