Qu’on en juge !

Dans de nombreuses académies des salons virtuels sont organisés sous l’égide du média privé l’Étudiant auxquels les PsyEN ayant en charge l’accompagnement de l’orientation sont fermement invités à apporter leur concours, réduits au rôle de « faire-valoir » dans ce type de manifestation sans qu’à aucun moment leur appartenance au service public et leur qualification ne soit indiquées.

Pire, les jeunes qui veulent se connecter pour participer aux visioconférences ou tchats proposés par l’Étudiant doivent obligatoirement fournir leur adresse de messagerie et cocher une case autorisant l’organisateur du Salon virtuel à transmettre leurs coordonnées aux exposants du Salon à des fins d’informations commerciales. Faute de quoi, aucune participation n’est possible !

Pression inacceptable pour imposer cette récupération de données alors que la possibilité de récuser ce choix est explicitement mentionné par la CNIL. Les lycéens qui se sont connectés début janvier reçoivent déjà nombres de publications qui pour la plupart viennent d’écoles privées ! Les établissements publics n’en font pas !

Le ministère de l’enseignement supérieur diffuse via Parcoursup auprès des élèves, des équipes enseignantes de lycée et même des CIO, les coordonnées et propositions de start-up en orientation! Pour rappel, ces start-up, qui basent leurs prestations sur l’intelligence artificielle et sur une prétendue adéquation de profils entre des jeunes en plein développement et des métiers en pleine mutation, sont financées via les Projets d’investissements d’Avenir ! Certaines offrent également des conseils payants mais ces conflits d’intérêts ne paraissent pas gêner nos décideurs. Aucune mention des CIO qui sont pourtant des services publics gratuits et de proximité !

Enfin, désormais les élèves comme les professeurs ne pourront plus avoir accès à Pronote sans lire un message publicitaire de l’Étudiant, proposant ses services pour tester leurs connaissances en orientation !

Pendant ce temps, le MEN continue sa politique de fermeture des CIO et de marginalisation des PsyEN Éducation, Développement et Orientation, en limitant drastiquement leur recrutement et en les ignorant dans sa communication.

Les psychologues de l’Éducation nationale s’élèvent contre ces pratiques de marchandisation du champ de l’orientation scolaire. Dans le contexte sanitaire qui renforce fortement les inégalités sociales, c’est d’écoute, de suivi, d’accompagnement et de conseils de qualité dont les élèves et les étudiants ont besoin et pas de prétendues recettes « miracles », permettant de savoir pour quel métier « on est fait » ! Une telle conception fondée sur les anticipations statistiques les plus probables, ne peut que renforcer la reproduction sociale des places dans la société. Aucune ambition, aucune émancipation, contrairement à ce qu’affiche le MEN, mais une livraison sans scrupules, aux sociétés commerciales et aux lobbies idéologiques, des parents et des adolescents en proie aux angoisses et à l’incertitude face à l’avenir.

Monsieur le ministre de l’Éducation nationale, madame la ministre de l’enseignement supérieur, respectez la déontologie et la RGPD, stoppez vos aides au privé et faites, une fois pour toute, le choix du service public et de la qualification contre la valorisation du privé et de l’amateurisme !


Vos questions
Accès à la FAQ

Vous ne trouvez pas votre réponse, posez-nous votre question