Mutations

En 2020, prenant prétexte de la loi de transformation de la Fonction publique, la DGRH du Ministère de l’Éducation nationale n’a plus transmis aux organisations syndicales les résultats d’affectation des stagiaires. Ces documents permettaient au SNES, au SNEP et au SNUEP-FSU de vérifier les barèmes des stagiaires du second degré, et de calculer, à la fin des affectations inter-académiques, les « barres » par discipline, c’est-à-dire le nombre de points du dernier ou de la dernière entrant-e dans chaque académie. Ces barres étaient ensuite mises à disposition sur nos sites internet et nos publications.

Ces barres peuvent évoluer substantiellement, mais elles restent utiles aux lauréat-es de l’année suivante, qui font leurs vœux (limités à six) en évaluant, autant que possible, leurs chances d’accéder à telle ou telle académie.

Lors du mouvement 2020, la DGRH s’était engagée à fournir ces barres ultérieurement. Les services nous ont informé tout récemment qu’il a finalement été décidé que ces barres ne seraient pas communiquées. Les lauréat-es des concours qui doivent faire des vœux d’affectation cette année entre le 3 mai et le 4 juin 2021, le feront donc à l’aveugle, sans pouvoir estimer la manière dont leurs vœux se réaliseront. Beaucoup risquent de se trouver affectés en extension, sur des vœux qu’ils n’ont pas formulés, alors que d’autres académies, qu’ils auraient peut-être pu choisir, étaient à portée de leur barème.

Le SNES, le SNEP et le SNUEP-FSU défendent le concours national, et l’affectation nationale qui en découle. Ils défendent aussi l’intérêt des stagiaires. A quoi bon ajouter une difficulté supplémentaire à leur entrée dans le métier ? Combien de stagiaires, mal affectés par ignorance de ces barres, ne pourront rejoindre leur académie de stage ? Le Ministère doit publier les barres 2020, et s’il n’en est pas capable, communiquer aux organisations syndicales les documents du mouvement 2020.