Cette rentrée est particulière à plus d’un titre : rentrée d’un nouveau ministre mais aussi perspectives de réformes poursuivant la brutale dénaturation de nos métiers. Mais c’est aussi une rentrée où la casse du service public d’Éducation est désormais (re)connue : qui peut ignorer les dommages de la crise de recrutement ? Les job dating, les postes non pourvus… la situation dénoncée par les personnels avec le SNES-FSU est désormais une évidence.