Le SNES-FSU a interrogé la DGRH du Ministère ce jeudi 1er avril : quel impact les annonces du Président de la République de la veille auront-elles sur le déroulement de la session 2021 des concours de recrutement ?

Le ministère veut maintenir l’organisation prévue. Pour mémoire, il ne reste plus que les écrits des CAPES externes de lettres, philosophie, arts plastiques et musique et le CAPET d’arts appliqués. Toutes les épreuves d’admissibilité se sont déroulées sans problème majeur.

Pour les oraux de la période (agrégation interne et CAPES/T internes), ils sont maintenus. Les concours sont une activité dérogatoire, les candidat-es peuvent donc se déplacer avec une attestation.

La modification de la date des vacances scolaires va cependant poser des problèmes, puisque certains établissements, qui sont centres d’examen, ne seront plus fermés.

Le SNES-FSU a demandé d’allonger les sessions d’oraux pour permettre aux candidat-es cas contact, positifs et positives ou malades de se présenter malgré tout.

Le Ministère répond pour l’instant que c’est difficile, car cela dépend de la disponibilité des membres des jurys. Il est possible en revanche de bouleverser l’ordre de passage, dans les limites du calendrier prévu.

A notre demande d’extension de la visioconférence pour les personnes vulnérables ou cas contact, le Ministère rappelle que ce n’est pas possible pour les concours qui ont besoin de bibliothèque ou de manipuler. Les autres demandes sont prises en considération, mais la mise en œuvre pour les personnes qui y ont droit explicitement est déjà très lourde. Le Ministère annonce qu’un courriel pour information sera envoyé à tou-tes les candidat-es pour information.

Pour le SNES-FSU, la situation actuelle n’est pas inédite, et les syndicats de la FSU avaient malheureusement bien raison, en novembre dernier, de dire qu’il fallait anticiper les conséquences de la pandémie et de s’adresser en ce sens au Ministère. Nous l’avons redit en janvier 2021, et le SNES-FSU n’a cessé d’intervenir auprès du Ministère sur ces questions, par exemple sur le cas des femmes enceintes, ou lors de la dernière réunion organisée par la DGRH le 19 mars. S’il est évident qu’il faut que les concours se tiennent, les conditions sanitaires doivent être assurées, en même temps que le principe d’équité entre tou-tes les candidat-es. Le SNES-FSU continuera de les accompagner.