Le concours est la modalité normale de recrutement dans la Fonction publique. Il permet l’égalité d’accès à des emplois publics statutaires. Si de nombreux enseignant-es, CPE, Psy-EN subissent la précarité comme contractuel-les, c’est que le recrutement aux concours n’est pas suffisant depuis des années !

Son organisation repose sur plusieurs principes :

  • l’égalité des candidats devant le concours ;
  • le caractère public des appels à candidature (cf. Bulletin Officiel de l’Éducation nationale) ;
  • la souveraineté du jury ;
  • le classement des candidats et le respect de ce classement pour les nominations durant l’année de stage.

Pourquoi des concours nationaux ?

Chacun de ces concours est organisé nationalement. Un jury unique sélectionne – en fonction d’un nombre de postes fixé nationalement – des candidats originaires de toutes les académies, de métropole, d’outre-mer et même de l’étranger. Les épreuves écrites d’admissibilité (organisées dans des centres répartis sur le territoire national, ou via une épreuve de Reconnaissance des Acquis de l’Expérience Professionnelle – RAEP) et les épreuves d’admission (organisées en un lieu unique, Paris ou province) portent sur un programme unique. Les lauréats, après leur titularisation, ont vocation à exercer partout en France.

Le point de vue du SNES-FSU
Les concours nationaux garantissent le niveau élevé et homogène des recrutements. Ils assurent un rééquilibrage entre les académies qui fournissent des lauréats au-delà de leurs besoins (ex. : Rennes, Bordeaux, Toulouse…) et celles déficitaires qui ont des besoins largement supérieurs à leur capacité à fournir des lauréats (ex. : Versailles, Créteil, Lille…). Ces disparités résultent de l’histoire et de la situation économique, de l’évolution démographique des académies. Toutes n’ont pas les mêmes viviers universitaires, le taux de scolarisation n’évolue pas partout de la même manière, l’âge moyen des enseignants (qui détermine le rythme des départs en retraite) est inégal d’une académie à l’autre.
Régionaliser les recrutements aboutirait à organiser des concours très sélectifs, avec peu de postes, dans les académies excédentaires et moins sélectifs, avec plus de postes dans les académies déficitaires. On voit bien les conséquences négatives que ce mode de recrutement aurait en termes d’égalité d’accès et de traitement des élèves face au service public d’éducation. Pour avoir plus de chance d’être recruté, il faudrait donc se présenter aux concours organisés dans ces dernières et y exercer durablement, avec des possibilités très réduites de changer d’académie.

Quels concours ?

Plusieurs concours sont ouverts pour exercer dans le second degré et permettent d’accéder à différents corps , certifiés, agrégés, conseillers principaux d’éducation CPE, Psychologues de l’Éducation Nationale (Psy-EN).

– le CAPES externe et interne

– le 3e concours du CAPES, dans certaines disciplines seulement, pour les candidat-es ayant plus de cinq ans d’expériences professionnelles accomplies dans le cadre d’un contrat de droit privé, sans condition de diplôme ;

– le CAPET externe et interne

– l’agrégation externe et interne ;

– l’agrégation externe spéciale, dans quelques disciplines seulement, pour les candidats titulaires d’un doctorat

– le concours CPE externe et interne ;

– le concours Psy-EN externe et interne.

Le SNES-FSU syndique dans ces corps, qui exercent dans les collèges, les lycées généraux et technologiques et les CIO. Il y est majoritaire. Les professeurs d’EPS sont syndiqués, à la FSU, au SNEP-FSU, et les professeurs de lycées professionnels (PLP) au SNUEP-FSU.

Soyez attentifs en choisissant le concours ou les concours que vous présenterez : les conditions de diplômes ou de services ne sont pas les mêmes, elles ne sont pas vérifiées au moment de l’inscription par le Ministère. Les conditions dans lesquelles se font le « classement », c’est-à-dire la prise en compte de votre carrière antérieure, changent aussi en fonction des concours : les candidats en reconversion ont intérêt à consulter le SNES-FSU pour bien les anticiper.

Comment préparer le concours ?

Les concours se préparent à l’Université et dans les Instituts Nationaux Supérieurs du Professorat et de l’Éducation (INSPÉ), successeurs des IUFM rebaptisés ÉSPÉ en 2013, au sein des Master MEEF (Métiers de l’Enseignement de l’Éducation et de la Formation). La session 2021 est une année de transition, puisque les candidats au CAPES/T et CPE externes pourront passer cette session en fin de M1, mais devront être inscrits en M2 pour la session 2022.
Pour les personnels en exercice non-titulaires ou titulaires, outre ces préparations universitaires, il existe des préparations organisées dans le cadre de la formation continue. Consulter les PAF (Plan académique de formation). Inscription aux mois de mai-juin et début septembre, renseignez-vous auprès des sections académiques du SNES-FSU.
Pour tous, le CNED (Centre national d’enseignement à distance) dispense des préparations pour les concours de recrutement dans la plupart des disciplines.

Quelles épreuves, quels programmes ?

Les épreuves, définies jusqu’à la session 2021 par les arrêtés du 19 avril 2013 modifiés, et les programmes des concours du CAPES, du CAPET et de l’Agrégation (une « section » est une discipline) sont publiés sur le site Devenir Enseignant du Ministère de l’Éducation nationale. Vous y trouverez aussi les sujets et les rapports des jurys des sessions précédentes, indispensables pour préparer le concours. Ces informations se trouvent ici pour les concours CPE, et ici pour les concours Psy-EN.

Le point de vue du SNES-FSU
Des préparations doivent être proposées dans toutes les universités et tous les PAF. Pour les agents titulaires et non-titulaires, l’État doit prendre en charge des frais occasionnés notamment d’inscription lorsque la formation n’existe qu’à l’université ou via le CNED.

Comment et où s’inscrire ?

Chaque candidat doit s’inscrire personnellement aux concours via internet ou par dossier papier selon des dates et des modalités publiées chaque année. Ces informations sont spécifiées par une note de service dont la publication, pour la session 2021, est promise par le Ministère le 8 octobre. Respectez impérativement les dates limites, sous peine de voir votre candidature irrévocablement rejetée.

L’essentiel des pièces justificatives, qui démontrent que les conditions requises sont remplies, seront à fournir dans un second temps. Après vérifications successives, l’administration peut procéder à des radiations, y compris après la proclamation des résultats d’admission, et au plus tard à la date de nomination en stage. La convocation aux épreuves ne préjuge donc pas de la validité de l’inscription. Par ailleurs, la précision des informations portées est déterminante pour l’attribution des bonifications de barème pour l’affectation en stage.

Pour les titulaires et non-titulaires de métropole et des DOM l’inscription doit se faire dans l’académie d’exercice sauf s’ils sont en position administrative de non-activité, de congé parental, en congé pour formation, dans ce cas ils s’inscrivent dans l’académie de leur résidence personnelle comme les autres candidats.

Inscriptions multiples

Il est possible de s’inscrire pour un même concours à l’externe, à l’interne et au troisième concours le cas échéant. Mais les épreuves du troisième concours sont les mêmes que celle du CAPES externe : il faudra choisir au moment de composer.

Il est également possible de s’inscrire, pour autant que le calendrier des épreuves le permette, à plusieurs sections (disciplines) du concours externe et/ou interne et/ou du troisième concours.

Il n’est en revanche pas possible de s’inscrire à la fois au même concours du public et du privé.

Quelles conditions remplir ?

Nous vous invitons à retrouver les conditions de diplôme, de qualité ou de service sur les sites officiels du Ministère :

– pour tous les concours enseignants, Devenir Enseignant ;

– cette rubrique du site du Ministère de l’Éducation nationale pour les concours CPE ;

cette rubrique du site du Ministère de l’Éducation nationale pour les concours Psy-EN.

N’hésitez pas à nous consulter (fmaitres@snes.edu) si vous avez un doute dans l’interprétation de ces informations.

Conditions de diplômes et de titres

Soyez en particulier attentif au fait que les conditions s’observent en règle générale à la date de publication des résultats d’admissibilité. Pour passer l’agrégation externe, il ne suffit pas d’être inscrit en M2, il faut avoir validé le M2 à cette date ; il suffit en revanche être inscrit en M1 (jusqu’à la session 2022) pour le CAPES, le CAPET et le concours CPE externes.

Ancienneté de service pour les concours internes

Vérifiez les services pris en compte sur les sites officiels. Le décompte se fait par année scolaire. Si un agent a accumulé moins d’un mi-temps de service au cours d’une année scolaire, six mois de service sont comptés. S’il a accumulé plus d’un mi-temps au cours d’une année scolaire, un an de service est compté. Une vacation 200 heures compte pour une année d’ancienneté.

Attention, ce mode de calcul ne vaut que pour s’inscrire aux concours internes. Le service pris en compte pour l’affectation et le classement (prise en compte de la carrière antérieure) est au jour près, en comptant la durée des contrats de date à date, pondérée le cas échéant de la quotité de service. N’hésitez pas à nous consulter en cas de doute.

Conditions spécifiques pour les troisièmes concours

Il faut avoir cinq ans d’activité professionnelle accomplie dans le cadre d’un contrat de droit privé à la date de publication des résultats d’admissibilité. Le calcul se fait de la date de début du contrat à la date de fin du contrat, indépendamment de la quotité de travail. Les congés compris dans les contrats sont comptés.

Comment se déroulent les épreuves ?

Le déroulement des concours de recrutement obéit à un certain nombre de règles dont les principales sont : l’égalité de traitement entre les candidats et la souveraineté des jurys. De là découlent des dispositions qu’il est bon de connaître.

Le calendrier détaillé des épreuves d’admissibilité, par concours et par discipline, est publié dans le Bulletin Officiel. Pour la session 2021, sa publication est promise le 8 octobre 2020.

Le calendrier prévisionnel des épreuves d’admission est publié sur PUBLINET.

Convocation

Pour les épreuves d’admissibilité, chaque candidat reçoit une convocation écrite qui précise le lieu, l’heure et le cas échéant la liste du matériel autorisé. Cependant, l’administration considère que le fait de ne pas avoir reçu de convocation en temps et heure n’est pas un motif de réclamation puisque les horaires et les dates des épreuves sont publiés au Bulletin officiel.

Les candidats admissibles sont convoqués à l’oral sur le site PUBLINET. Les jurys peuvent organiser une réunion préalable d’information. Les candidats sont généralement convoqués en fonction d’un ordre alphabétique qui commence à partir d’une lettre tirée au sort.

Début de l’épreuve

Aucun retard autorisé. L’accès aux salles de composition écrite est interdit à tout candidat se présentant après l’ouverture des enveloppes contenant les sujets, quel que soit le motif du retard qu’il lui soit imputable ou non (jurisprudence Zimmermann). Il est donc impératif que les candidats prennent les dispositions nécessaires pour limiter les aléas des transports.

Durée des épreuves

Les épreuves ont des durées variables selon les concours et les spécialités. Le décompte se fait à partir du moment où sont ouvertes les enveloppes contenant les sujets. Les épreuves ont lieu au même moment partout sur le territoire national. Compte tenu du décalage horaire dans les Antilles et en Guyane, les candidats des centres situés ailleurs ne peuvent quitter la salle que deux heures et demie après le début de l’épreuve.

Justificatif d’identité et anonymat

Chacun doit justifier de son identité par la présentation d’une pièce d’identité avec photographie. Les copies des épreuves d’admissibilité sont anonymées à l’aide d’une étiquette code barre avant d’être corrigées. C’est pourquoi, conformément au principe d’anonymat, aucun signe distinctif ne doit figurer sur la copie hormis l’en-tête détachable. Aucun brouillon ne doit être joint.

Autorisation d’absence

Circulaire n° 75-238 et n° 75-U-065 du 9 juillet 1975

Deux jours d’absence peuvent être accordés pour les épreuves d’admissibilité. Ils doivent précéder immédiatement le premier jour du concours et porter sur des jours ouvrables (le samedi est un jour ouvrable) que l’agent soit ou non de service ces jours-là et quelle que soit sa quotité hebdomadaire de travail.

Lorsque les deux jours qui précèdent les épreuves d’admissibilité sont situés pendant les vacances scolaires, il ne peut être accordé d’autorisation d’absence. Pour les épreuves d’admission, rien n’est explicitement prévu et l’autorisation d’absence relève de la négociation avec le chef d’établissement au vu de la convocation.

Jurys

Pour chaque section (discipline) ou option de chaque concours est mis en place un jury. Le président, éventuellement assisté par un, ou plusieurs, vice-président, est nommé par le ministre pour une durée de quatre années.

Il s’agit généralement des membres des corps d’inspection ou d’universitaires. Les jurys comprennent également des enseignants du second degré (agrégés, certifiés, professeurs de lycée professionnel) et des « personnes (…) choisies en raison de leurs compétences particulières » sans autre précision. La liste des membres des jurys est publiée chaque année par arrêté au Journal Officiel.

Résultats

La date prévue des résultats d’admissibilité et d’admission est affichée sur PUBLINET. Après délibération, le jury établit une liste qui n’a de caractère officiel qu’une fois signée par un représentant du ministère

Les résultats d’admissibilité et d’admission sont consultables sur PUBLINET.

Relevé de notes

Chaque candidat a accès sur le site PUBLINET à son relevé des notes obtenues à chaque épreuve :

  • après la publication des résultats d’admissibilité pour ceux qui ne sont pas admissibles (avec mention du total obtenu par le dernier admissible) ;
  • après la publication des résultats d’admission pour ceux qui sont admissibles (avec la mention du total obtenu par le dernier admis).
    C’est le seul document qui atteste du succès au concours, en attendant l’arrêté de nomination en stage (ou en report de stage).
    Les notes obtenues sont parfois très décevantes comparées à celles obtenues lors de la préparation au concours, au regard du comportement du jury et de ce que chacun a pu ressentir ou des notes pédagogiques des collègues en exercice. Les erreurs techniques, de transcription des notes notamment, sont exceptionnelles. Cela n’interdit pas de demander à l’administration de procéder à une vérification. Il faut avoir à l’esprit que la notation est faite dans une logique de classement, de comparaison des candidats, dans le cadre d’un concours avec un nombre limité de postes offerts et non dans une logique d’évaluation d’un candidat isolement. Il ne faut ainsi pas considérer ses notes comme une remise en cause de ses qualités professionnelles.
    Le BO insiste particulièrement sur la souveraineté du jury en la matière : « L’appréciation de la qualité des prestations des candidats à un concours relève de la compétence souveraine du jury. Ses décisions sont insusceptibles de recours devant les juridictions administratives, dès lors que ceux-ci ont fonctionné et délibéré de façon régulière. »

Communication des copies

Il est possible d’obtenir photocopie d’une ou plusieurs des épreuves écrites en s’adressant au ministère de l’Éducation nationale, direction générale des ressources humaines, sous-direction du recrutement. La demande devra préciser le concours, la discipline concernée, le nom de naissance et le numéro d’inscription et être accompagnée d’une enveloppe (format 21 × 29,7) affranchie au tarif en vigueur pour un poids allant jusqu’à 250 g, portant l’adresse du candidat.

Compte tenu des dates de proclamation des résultats d’admission du nombre de concours et du temps nécessaire à l’archivage des copies, l’envoi des copies ne peut être effectué qu’entre le mois de septembre et la date de la première épreuve d’admissibilité de la session suivante.

Listes complémentaires

Les textes prévoient que le jury a la possibilité d’établir une liste complémentaire, par ordre de mérite, pour permettre le remplacement des lauréats de la liste principale qui peuvent se désister en faveur d’un autre concours, l’agrégation notamment ou parfois recruter plus que les postes ouverts aux concours dans la discipline dans la limite du plafond d’emploi.

Le point de vue du SNES-FSU
Etablir ou pas des listes complémentaires n’est pas seulement une décision technique. Cela relève d’un choix politique. Chaque année, le SNES-FSU interpelle les jurys et le Ministère : des centaines de postes sont perdus, du simple fait des doubles admissions, et sans tenir compte des démissions. C’est un véritable scandale pour les candidats qui se voient ainsi refuser une admission, et les élèves qui manqueront de professeurs.

Remboursement des frais

D’après article 6 du décret n° 2006-781 du 3 juillet 2006, les agents titulaires ou non-titulaires en activité ont droit (s’ils en font la demande) au remboursement de leurs frais de transports pour se présenter aux épreuves d’admissibilité ou d’admission d’un concours si l’épreuve se trouve hors de sa résidence administrative et personnelle. Les autres frais (nuitées, repas) ne sont pas pris en charge. Ces frais ne peuvent être pris en charge que pour un aller-retour par année civile. Il peut être dérogé à cette disposition dans les cas où l’agent est appelé à se présenter aux épreuves d’admission d’un concours.

Combien de postes ?

Pour les concours externes, le nombre de postes ouverts tient compte des départs prévisibles (retraite, démission, détachement, etc.) et des effectifs prévisibles d’élèves mais aussi et surtout de choix politiques.

Pour les concours internes, le nombre de postes ouverts :

  • ne peut être supérieur au tiers du nombre total des emplois mis au concours externe et au concours interne de CPE ;
  • ne peut être inférieur à 20 % ni supérieur à 40 % du nombre total des places mises aux concours externe et interne de l’agrégation ;
  • ne peut être ni inférieur à 10 % ni supérieur à 30 % du nombre total des emplois mis au concours externe et au concours interne du CAPES ;
  • ne peut être supérieur à 50 % du nombre total des emplois mis au concours externe et au concours interne du CAPET.
Vos questions
Accès à la FAQ

Vous ne trouvez pas votre réponse, posez-nous votre question