Jean-Michel Blanquer évoquait en janvier 2020 « une revalorisation historique ». Les annonces faites le 16 novembre 2020 montrent qu’on en encore très loin : tous les personnels ne sont pas concernés, les montants avancés ne permettent même pas de rattraper les pertes dues à l’inflation, et la prime d’équipement est d’un montant beaucoup trop faible, et les CPE ainsi que les professeurs documentalistes sont exclus de la prime d’équipement !) ! Notre analyse ci-dessous et nos outils (visuels, affiche) à télécharger ici : Revalorisation fantôme, les visuels

Loin du compte

Une enveloppe de 400 millions est budgétée pour l’année 2021. Parmi les 4 hypothèses sur la table, c’est le scénario 3 qui a été retenu

seuls 31 % des enseignants titulaires sont concernés : 69 % des professeurs titulaires ne seront donc pas augmentés en 2021.

Même pas un rattrapage des pertes !

– les sommes avancées, pour les professeurs concernées, ne permettent même pas de rattraper les pertes de ces dernières années.
Le scénario retenu par le Ministre prévoit pour un professeur certifié au 5eme échelon une augmentation 49,83 euros nets/mois.
Rien que pour rattraper l’effet de l’inflation , il faudrait une augmentation de 234 euros/mois pour un certifié au 5eme échelon. C’est donc seulement un rattrapage de 20 % de ce qui a été perdu avec l’inflation en 10 ans qui est proposé !

Pour un professeur certifié au 8eme échelon, il faudrait une augmentation de 275 euros par mois. Dans le scénario 3, rien n’est prévu pour les professeurs qui sont au-delà de l’échelon 8. Sans loi de programmation pluriannuelle et sans mesures pour l’ensemble de la profession, comment parler de revalorisation ?!

Quelle loi de programmation ?

Les plus grandes incertitudes planent sur la réalité d’une loi de programmation pluriannuelle qui permettrait pourtant de se projeter sur plusieurs années. Depuis quelques heures, le ministre assure qu’elle existera bel et bien mais la lie désormais au Grenelle de l’Education « Oui, car nous conservons une vision pluriannuelle. Cela dépendra aussi de l’issue du Grenelle de l’éducation, qui vient de commencer et se déroule jusqu’au mois de février. L’objectif est de moderniser le métier enseignant dans toutes ses dimensions » (le Monde, 17/11/2020)
Or, les ateliers du Grenelle dessinent clairement une volonté de redéfinir nos métiers. La loi de programmation liée au Grenelle signerait-elle le retour des contreparties ?

Prime d’équipement

Les CPE et les professeurs documentalistes exclus !

Très mauvaise surprise : les CPE et les professeurs documentalistes ne peuvent prétendre à la prime d’équipement. Le ministre de l’Education nationale annonce pourtant que la prime concerne tous les enseignants, les professeurs documentalistes ne seraient-ils donc plus, à ses yeux, des enseignants ?! Quant aux CPE, leur non intégration dans ce dispositif est révélatrice de la conception du métier par Jean-Michel Blanquer : ce n’est pas la première fois que des initiatives sont prises pour les décrocher des équipes pédagogiques par des règles distinctes. Pour le Snes-FSU, les CPE et les professeurs documentalistes doivent pouvoir bénéficier de la prime d’équipement, il intervient en ce sens auprès du Ministère.

Un montant dérisoire

Un montant de 150 euros annuels est annoncé.

C’est bien trop faible et cette sommes doit être significative augmentée.
Un rapide calcul permet d’estimer que seul 25 % de l’équipement informatique annuel est couvert par une prime de 150 euros : un ordinateur portable moyen à 500 euros, une imprimante à 200 euros. L’amortissement du matériel informatique se fait généralement sur 3 ans, donc à hauteur de 233 euros par an. La connexion internet et les consommables papier et imprimante peuvent se chiffrer à 350 euros par an. La prime de 150 euros couvre donc à peine 25 % des dépenses du budget informatique annuel d’un enseignant !

Alors revalorisation historique ou revalorisation fantôme ?

Voir aussi le communiqué de la FSU : Revalorisation dans l’Education ?

Vos questions
Le Snes défend les droits individuels et collectifs. Vos représentants vous répondent, vous conseillent et vous accompagnent.
Accès à la FAQ

Vous ne trouvez pas votre réponse, posez-nous votre question