Si la majorité des établissements choisis par le rectorat pour passer un contrat local d’accompagnement (CLA) ont des critères les plaçant à la limite de l’éducation prioritaire, il existe une importante disparité entre les départements (notamment sur la place des écoles ou des collèges dans le dispositif) ainsi que sur la nature du projet porté.
panneau revendicatif
Annoncé en 2018 comme une pierre angulaire du nouveau baccalauréat, le Grand Oral voulu par Pierre Mathiot et Jean-Michel Blanquer devrait connaître sa première session en juin 2021. Alors que les notes de service précisant le déroulement de l'épreuve sont parues seulement en février 2020, les "précisions" apportées dans les formations et documents destinés aux enseignant·es depuis la rentrée 2020 présagent le pire quant aux finalités et attendus de cette épreuve. Quant aux conséquences de la crise sanitaire sur la préparation de l'examen, elles ne sont même pas un sujet pour le Ministère.
Au programme : un dossier sur l'Ecole mise en marché, des réflexions sur les pratiques professionnelles (combattre le complotisme), des questions ouvertes (inceste, que fait l'école ?) bien d’autres choses à découvrir dans ce nouveau numéro.
Rentrée 2021, Covid19, Education prioritaire, Grenelle, bac sous contrôle continu, séparatisme...voici quelques thématiques de cette US. Bonne lecture !
Seul J.-M. Blanquer se félicite d’une revalorisation « historique » aujourd’hui limitée aux 400 millions du budget 2021. Chacun mesure en regardant sa fiche de paye que des mots ne font pas un plan.
Après les états généraux de l’éducation prioritaire départementaux ou académiques, la FSU avec le SNES ont réunis une centaine de délégués de toute la France aux états généraux nationaux du 28 janvier 2021.
Mise à jour 10 février - les retours #CovidWatch : la réalité de la gestion du Covid dans l'Education nationale alors que la situation sanitaire se dégrade.
La réforme du lycée qui s’est mise en place depuis la rentrée 2019 a dégradé la situation de l’enseignement moral et civique : disparition des groupes à effectifs réduits, nouveaux programmes peu lisibles, et restriction de la liberté pédagogique par le biais de l'évaluation.
Les épreuves du CAPES, du CAPET et du concours CPE, à partir de la session 2022, sont mal calibrées. Une épreuve orale, proche d'un entretien d'embauche, y prend une place excessive, tandis que celle des disciplines est minorée.
ImprimerPartager