Les textes instituant une rémunération exceptionnelle pour les E3C en 2019-2020, dans le cadre de la mise en place du nouveau baccalauréat, ont été publié ce 27 février au journal officiel. Le Snes-FSU a dénoncé dès sa présentation ce dispositif qui revient à diminuer, et dès l'année prochaine à supprimer la rémunération de la correction d'épreuves d'examen.
Exigeons l’égalité réelle entre les femmes et les hommes ! Exigeons le retrait du projet de réforme des retraites !
rosi.png
Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, FA-FP soulignent la détermination affichée encore ce 20 février, par les manifestants et manifestantes dans tout le pays, après plus de deux mois et demi de mobilisation continue malgré les entraves au droit de manifester et aux libertés yndicales. Le refus de ce projet est là et ancré parmi les salarié.es du privé comme du public
slider-retraite-20200129.png
Le 25 février, s'est tenue, à la DGRH du ministère, une réunion multilatérale consacrée à la formation dans le cadre du chantier revalorisation/retraite. Le SNES-FSU a participé à cette réunion avec des camrades du SNUipp-FSU, du SNEP-FSU et du SNUEP-FSU. Etaient aussi représentés le SGEN-CFDT, le SE-UNSA, le SNALC et le SNE.
Ce mardi 5 novembre 2019, a été présenté le rapport Azéma-Mathiot "Missions, territoires et réussite". Un bilan de la Refondation de l’Éducation prioritaire aurait dû être fait à la rentrée 2018 avec une révision de la carte. Un nouveau ministère s'installant, tout a été ajourné. En octobre 2018, A. Azéma (rapporteuse de la mission sur les collèges ruraux) et P. Mathiot (rapporteur de la mission baccalauréat) ont été chargés de mener à terme une étude, "Territoires et réussite". Retrouvez dans cet article nos différentes analyses en lien avec ce dossier.
La publication de la note de service définissant l'épreuve de terminale de la spécialité HLP confirme la tendance actuelle : jamais les programmes et le calendrier des examens n'auront à ce point limité la liberté pédagogique, les temps de réflexion et d'apprentissage, et, par conséquent, le plaisir d'enseigner.
Les dernières propositions du MEN sur le grand oral confirment que la question de l’orientation est bien désormais au cœur de la politique éducative. Non pas en tant que ressource pour l’émancipation et la démocratisation scolaire mais bien comme instrument de gestion des flux d’élèves à l’interne et comme assujettissement de la formation aux besoins à court terme de l’économie régionale.
Derrière l’apparent foisonnement d’enseignements de mathématiques possibles en Terminale, la réforme du lycée cache un risque bien réel d’inégalités entre les établissements et entre les élèves, et, de fait, des inégalités d’accès à l’enseignement supérieur.
Le ministre Blanquer a proposé un agenda de janvier à juin 2020 au cours duquel il prévoit de traiter trois sujets : - la revalorisation salariale - la transformation de la GRH - l’amélioration de la qualité du service public d’éducation.
ImprimerPartager