Quelques heures après les annonces de Jean-Michel Blanquer, les feuilles de route académiques tombaient les unes après les autres confirmant les orientations de ce Grenelle de l’Education : un patchwork de mesures qui cachent mal la volonté de redéfinir nos métiers.
L'organisation des examens 2021 s'annonce une nouvelle fois très compliquée en raison du manque d'anticipation du ministre. Le Snes-FSU reste à vos côtés : nos outils et notre foire aux questions dédiée.
Jean-Michel Blanquer est l’homme des paradoxes. D’un côté, la cohérence idéologique, de l’autre, le manque d’anticipation, la désorganisation imposée aux personnels et aux élèves. À une semaine du début des épreuves, les convocations ne sont pas toutes arrivées et les modalités d’évaluation demeurent floues...
Peut-on accepter que de vieilles badernes nostalgiques de l’histoire coloniale appellent à l’insurrection armée pour assurer « la protection de nos valeurs civilisationnelles » ? Peut-on accepter que des forces de police dictent leur loi à la République ? Peut-on accepter qu’Emmanuel Macron décide de tout au mépris des chambres élues, qu’il régisse par ordonnance et que le ministre de l’Éducation nationale n’entende pas la revendication des forces syndicales, des élèves et de familles ?
La quatrième rencontre nationale sur le métier de CPE, repoussée à mars 2022, organisée par le SNES-FSU sur le thème « la relation des jeunes au travail » trouve toute sa place dans cette mobilisation.
Bien difficile de savoir à ce jour ce que le ministre de l'Education nationale fera de la session 2021 du bac tant les décisions ministérielles échappent à la raison pédagogique ! Cet article, mis à jour ce jeudi 10 juin, fait le point sur les modalités des épreuves, le calcul des moyennes à l'examen et les revendications que le SNES-FSU continue de porter sans relâche.
vignette_bac.jpg
Face au climat ambiant de haine, raciste et attentatoire aux libertés individuelles et collectives, un grand nombre d'organisations syndicales, d'associations, de collectifs et de partis politiques organisent une première grande journée nationale de manifestations et de mobilisations pour nos libertés et contre les idées d'extrême droite.
Carte des rendez-vous, manifestations et rassemblements, communiqué, vidéo, visuels
Brevet, EAF, philosophie, Grand oral...les aménagements annoncés par le ministre n'ont pas levé toutes les inquiétudes. Aujourd’hui, personnels et élèves sont dans une impasse du fait de la gestion inconséquente par le ministre de la question des examens.
L’intersyndicale nationale CGT éduc’action, FNEC-FP-FO, FSU, SNALC, SNCL-FAEN, SUD éducation appelle à une nouvelle journée de grève le 3 juin pour obtenir satisfaction aux revendications légitimes des AESH pour l’amélioration des salaires et la création d’un véritable statut, contre les PIAL et la précarité.
En ce jeudi 27 mai 2021, la sanction Parcoursup vient de s'abattre sur plus de 931 000 candidats à l'enseignement supérieur. Comme chaque année depuis trois ans, beaucoup découvrent avec effarement la mécanique de relégation qui condamne à l'attente, attente parfois définitive, des centaines de milliers de jeunes. Il y a maintenant plus de deux ans, le SNES-FSU publiait un article qui décryptait les ressorts d'une plateforme conçue pour sélectionner et éliminer. On retrouvera ici les analyses qui n'ont, hélas, pas été démenties par les faits.
Parcoursup - orientation post bac
Le choix des spécialités et des options en Terminale générale et technologique creusent les inégalités sociales et genrées. Certains semblent le découvrir aujourd'hui avec la publication de statistiques officielles. Dès 2018, le SNES-FSU avait pointé les risques de laisser librement jouer les logiques de discriminations dans le choix des spécialités du nouveau lycée à la carte. Force est de constater que le lycée Blanquer est plus que jamais inégalitaire.
ImprimerPartager